John et Jackie, un amour tourmenté
Edward Klein
Prix: 20.00 €
Vengeance
Peter Evans
Prix: 19.00 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

A qui profite le crime?

Messages 0 à 20 sur 41 [ 0-1-2 ]

simas
Vendredi 7 janvier 2005 à 17h29 #12484 Modification de ce message Citer ce message
Profitons de ce début d' année 2005 pour (re)débattre de cette question qui est surement un pole essentiel pour mieux cerner l'affaire Kennedy.
A qui a vraiment profité ce crime si l'on considère l'hypothèse du complot.

Avec ce recul de plusieurs décennies nous disposons d' un regard plus complet sur cette affaire comme quelqu' un qui s'eloignerai d' une toile de peinture pour mieux l'apprécier.

Je demanderai pour cela, aux experts et aux autres passionnés d' être le plus précis et le plus objectif possible sans tomber dans le jeu des hypothèses boiteuses et sans interet.

Bien entendu les liens et autres arguments, si chers a ce forum, seront tres précieux.

Si je pointe du doigt sur cet aspect de l'affaire c'est parce qu'on en a largement parlé dans les différents livres, documentaires et filmes se rattachant a l'assassinat et que personnellement comme beaucoup de gens, je n' ai pas été particulièrement convaincu, peut-être à cause des innombrables pistes données et qui se contredisent sans arrêt.

Nicolas Bernard
Vendredi 7 janvier 2005 à 22h39 #12487 Modification de ce message Citer ce message
L'assassinat de Kennedy a réjoui nombre d'individus :

- Lyndon Johnson, qui a pu devenir Président des Etats-Unis et enterrer les scandales financiers qui menaçaient de l'éclabousser ;
- les anticommunistes, ulcérés par la Détente - en dépit de la remilitarisation effectuée par Kennedy ;
- la Mafia, attaquée par RFK et haïssant cet Irlandais ingrat qui n'a pas respecté sa part du contrat de 1960 ;
- les anticastristes, qui pouvaient croire que le nouveau régime leur laisserait les mains libres contre Cuba ;
- John Edgar Hoover, patron du FBI menacé dans sa prééminence par les frères Kennedy ;
- l'extrême-droite en général, par anticommunisme, haine du catholicisme, de la Nouvelle-Angleterre, etc.

Il ne s'agit là que des suspects les plus crédibles. Et encore, je doute très sincèrement qu'un Parrain ait eu l'idée de s'attaquer au chef de la plus grande puissance mondiale : pas fou.

lio45
Vendredi 7 janvier 2005 à 23h42 #12489 Modification de ce message Citer ce message
A ne pas oublier non plus, mon cher Nicolas, tout ceux qui ont beneficie de la reconduction de la oil-depletion allowance (menacee par le tax reform Act de 1963)...

French Garrison
Samedi 8 janvier 2005 à 07h44 #12493 Modification de ce message Citer ce message
Oswald, ce véritable a raté a trouvé un moyen pour partir en beauté: le meutre du siècle a son actif, des centaines de livres, plusieurs grandes enquetes judiciaires, un nom marqué à jamais dans l' histoire et regardé, mmeme 41 ans après, on parle encore de lui !!!! Quel homme !!
Soyons d' accord, tout ceci n' est que fiction, le pauvre ozzie n' a surment pa joué le premier role dans cette histoire, juste celui de pigeon de service !! That' s life !

BF

oswaldiste
Samedi 8 janvier 2005 à 20h52 #12496 Modification de ce message Citer ce message
Objection monsieur Garrisson, accusation gratuite quant au fait qu'Oswald soit un pigeon ;).

Sinon il y a aussi la CIA que Kennedy regardait d'un mauvais oeil. Il avait déjà viré Dulles suite au désastre de la Baie des Cochons.
Il voulait sûrement démanteler la CIA ou tout du moins en limiter son indépendance vis à vis du président.
Voila donc un suspect de plus...

jfk16
Samedi 8 janvier 2005 à 23h36 #12497 Modification de ce message Citer ce message
Je découvre "avec plaisir" ce forum sur l'affaire jfk qui m'interesse depuis longtemps. il semble pour avoir parcouru rapidement les posts que la plupart d'entre vous maitrisait parfaitement le sujet...

French Garrison
Dimanche 9 janvier 2005 à 01h23 #12501 Modification de ce message Citer ce message
Ce cher Oswald est quand meme le premier a affirmé qu' il est un "bouc émissaire" ... en d' autres termes un pigeon, ce n' est donc qu' une affirmation basée sur les propos du principal interressé.

Ne pourrait on pas, aussi nous demander qui aurait assez de pouvoir, d' influence et de courage pour éventuellement commanditer la mort de son président ? Et aussi, si le mobile en vaut la peine car en cas de complot, le risque pour ses organisateurs est énorme, alors lequel valait la peine de prendre les risques ?
Certains d' entre vous pourraient ils croire a un complot " amateur ", qui mettrait en cause par exemple juste LHO Ruby et d' autres habitants de Dallas sans toute fois impliqué les hommes et les institutions les plus importants des USA ?

Bf

sceptik
Dimanche 9 janvier 2005 à 04h12 #12504 Modification de ce message Citer ce message
** Ne pourrait on pas, aussi nous demander qui aurait assez de pouvoir, d' influence et de courage pour éventuellement commanditer la mort de son président ? Et aussi, si le mobile en vaut la peine car en cas de complot, le risque pour ses organisateurs est énorme, alors lequel valait la peine de prendre les risques ? **

--- Je trouve que Monsieur X dans "JFK" apporte une excellente réponse à cette question :

« [...] Comme César, il est entouré d'ennemis. Quelque chose se trame, mais qui n'a pas de visage.
Pourtant tout son entourage sait.
[...]
Je crois que ça a commencé comme ça, c'était dans l'air. Fournisseurs de l'armée, gros banquiers..., juste des conversations, rien de plus...!
Et puis un coup de fil a été donné, peut-être à quelqu'un comme mon supérieur, le Général Y.
[...]
Tout est cloisonné. Personne n'a dit « il faut qu'il meurt ». Il n'y a pas eu de vote, rien n'a été écrit.
Il n'y a pas '1' responsable.
[...]
Il n'y a pas de coupable, parce que dans la hiérarchie du pouvoir, tous ceux qui savent ont la possibilité de nier.
Il n'y a pas de compromission directe, si ce n'est au niveau le plus secret.
Le seul objectif : c'est la réussite de l'opération.
Peu importe le nombre de victimes, peu importe ce que ça coûte, ses auteurs doivent en être les vainqueurs. Et jamais passibles de poursuites pour quoi que ce soit, pour qui que ce soit.
Ça s'appelle : un coup d'état. »

Et plus globalement, je trouve que la séquence entière entre D.Sutherland et K.Costner peut répondre en grande partie, hypothétiquement, à la question de ce fil.

French Garrison
Dimanche 9 janvier 2005 à 22h28 #12513 Modification de ce message Citer ce message
Mais pourquoi prendre le risque de tuer JFK à un an des futurs éléctions alors qui' il déjà exercé les 3/4 de son mandat ?
La cause de l' assassinat se cache donc derrière les grandes lignes de la politique envisagée pour 64 par les frères Kennedy.
Sinon pourquoi ne pas l' avoir abattu plus tot ou alor plus s' il avait été réélu ?

BF

sceptik
Dimanche 9 janvier 2005 à 22h35 #12514 Modification de ce message Citer ce message
" Mais pourquoi prendre le risque de tuer JFK à un an des futurs éléctions alors qui' il déjà exercé les 3/4 de son mandat ? "
--- Il pouvait être réélu, et pour les personnes "à qui profitait le crime", 4 années de + (s'il était réélu), ça fait long...

French Garrison
Dimanche 9 janvier 2005 à 22h45 #12515 Modification de ce message Citer ce message
Oui mais s' il n' était pas réélu ... exit les Kennedy et s' il est réélu alors la pour les commanditaires le risque en valait la peine ...
BF

Nicolas Bernard
Dimanche 9 janvier 2005 à 23h49 #12518 Modification de ce message Citer ce message
Bonne remarque : si complot il y a, la date a son importance. Kennedy est tué avant l'élection présidentielle de 1964, ce qui laisse penser que les éventuels conjurés ne tenaient pas à ce qu'il prolonge certaine politique. Problème : la Mafia ou le FBI ou les anticastristes ou la CIA auraient pu attendre 1964 même.

De ce point de vue, la thèse de la culpabilité de Johnson ou de ses alliés texans prend certaine consistance. Car le fait est que JFK est assassiné avant que LBJ ne soit mis hors jeu.

simas
Lundi 10 janvier 2005 à 00h59 #12520 Modification de ce message Citer ce message
La date de l' assassinat est bien entendu en faveur de LBJ.
Mais le fait que cela se soit déroulé à Dallas, dont le maire est un certains Cabell(frère du Cabell de l' opération manquée de la baie des cochons) a du faciliter certaines choses et motiver les différents acteurs de ce crime.Les rois du patrole, dont le lobby est majoritairement texan, étaient ,a Dallas, chez eux.
Et je crois que LBJ est aussi texan...

Lancelot
Mardi 11 janvier 2005 à 02h05 #12531 Modification de ce message Citer ce message
Si plusieurs personnes s'accordent pour dire que Johnson est celui qui a le plus profité du meurtre du Préz JFK, c'est quand même un très lourd prix à payer pour se hisser à la maison blanche. En d'autres termes il( Johnson ) vivait sur du temps empreunté, d'avoir eu a magouillé autant et d'ensuite calmer le jeu, étouffer l'affaire.

Teigne warreniste
Mardi 11 janvier 2005 à 13h55 #12533 Modification de ce message Citer ce message
Je me demande bien comment Johnson peut avoir "profiter" de l'affaire. L'assassinat de JFK ne lui garantissait que l'intérim jusqu'à janvier 1965.

Et il n'était pas certain que Bobby Kennedy, qui était perçu comme le véritable héritier de "Camelot", ne présenterait pas sa candidature pour les élections de novembre 64. À la convention d'Altantic City, Lyndon Johnson avait même préparé une lettre de démission au cas où...

La succession de JFK fut l'une des plus difficile à assumer, probablement encore plus que celle que Truman a du reprendre en 45, car dans le cas de Johnson, plusieurs le percevaient comme un "usurapteur"...

Teigne warreniste
Mardi 11 janvier 2005 à 13h57 #12534 Modification de ce message Citer ce message
Corrigez "usurapteur" par "usurpateur"

Nicolas Bernard
Mardi 11 janvier 2005 à 14h48 #12535 Modification de ce message Citer ce message
Contrairement à ce qu'écrit la Teigne warreniste, l'élection de Johnson était pratiquement jouée d'avance. LBJ s'est posé comme le continuateur de la politique de Kennedy, tout rassurant sa droite par une politique étrangère agressive (cf. Résolution du Golfe du Tonkin). Le 3 novembre 1964, Johnson bénéficiait de seize millions de voix d'avance (!) et a remporté 44 Etats ainsi que le District de Colombia : son adversaire républicain, Barry Goldwater, n'en a gagné que... 6 !

La victoire de Johnson tient à un certain nombre de facteurs : le fait qu'il succède à Kennedy et ait réussi, en novembre 1963, à agir de manière présidentielle ; le fait que les scandales politico-financiers qui risquaient de l'éclabousser ont été enterrés ; le fait que la Commission Warren a rendu peu avant l'élection un Rapport qui rassurait l'opinion sur le fonctionnement de ses institutions ; le fait que Johnson puisse invoquer un bilan globalement positif sur tous les fronts, et promette de repousser encore plus loin la Nouvelle Frontière par son projet de Grande Société ; le fait que son adversaire soit un extrémiste de droite, et que le Parti républicain ait été divisé ; le fait que Johnson ait su montrer les dents aux communistes quand il le fallait et sans inquiéter la population (voir l'engagement au Vietnam). Comme l'avait prédit Nixon, un Républicain n'aurait jamais pu vaincre en 1964 celui qui avait si bien succédé à Kennedy.

Quant à Robert Kennedy, il était prévisible qu'il serait traumatisé par la mort de son frère, et qu'il finirait par être écarté de l'équipe Johnson, ce qui ne le mettait pas en position de force au sein du Parti démocrate - ce que Bobby savait fort bien. Il n'était pas encore prêt, ni considéré comme prêt, à remplacer son frère au pied levé, face à un Johnson très populaire.

Le 22 novembre 1963, Johnson s'est présenté sous les traits du père de la Nation en deuil. Jouant son rôle (prévu ou non) à la perfection, il a su se poser en Président, et préparer le terrain pour sa réélection de 1964 - et rares étaient les personnes à douter de son succès.

oswaldiste
Mardi 11 janvier 2005 à 15h24 #12537 Modification de ce message Citer ce message
Il faut voir aussi que Johnson était vice-président, ce qui signifie le candidat légitime à la candidature à la présidence (cf Nixon en 60, Bush père en 88, Gore en 2000...).
C'était à lui d'être le candidat pour faire suite à Kennedy, pas à Bobby.

Bobby était certes traumatisé par la mort de son frère mais pour bien des raisons: il perdait certes un frère, mais aussi un bouclier haut placé.
John le protégeait et lui travaillait dans l'ombre, il se préparait tranquillement pour un jour, mais surement pas en 64, reprendre le flambeau de la famille.
En 1960, il y a eu un gentleman agreement entre Johnson et Joe Kennedy plaçant Johnson comme digne héritier de John. Bon c'est vrai que cela n'a aucune valeur, mais prouvait bien qu'au début des années 60, Robert était encore considéré comme trop jeune.
Cela dit, n'oublions pas que John a été élu sans avoir eu une carrière politique marquante. Johnson était bien mieux implanté au sein du parti républicain, il était assez proche d'Einsenhover vers la fin de sa présidence.

Tout cela faisait de Johnson un candidat potentiel à l'élection de 1960 et un candidat légitime à la mort de Jack.

French Garrison
Mardi 11 janvier 2005 à 20h23 #12539 Modification de ce message Citer ce message
Si, en cas de complot, il est claire que LBJ en est le principal bénéficiaire, pensez vous qu' il en ait été le commanditaire direct ou que cela soit l' oeuvre de certains de ces collaborateurs oeuvrant dans l' ombre et attendant en échange leurs parts du gateau ?

Pour résumé, pour vous l' assassinat a eu lieu suite a son ordre ou il a juste été un spectateur ne souhaitant pas être mouillé en cas d' échec, c' est a dire qu' il gardait ses distances vis a vis de cette histoire en attendant que sa arrive ?
BF

Nicolas Bernard
Mardi 11 janvier 2005 à 21h52 #12540 Modification de ce message Citer ce message
Compte tenu de certains éléments mis en lumière par William Reymond dans "JFK. Le Dernier Témoin", j'aurais tendance à estimer que les deux hypothèses se valent. Mais enfin, nous n'avons pas encore accès à toutes les preuves citées dans le livre. Donc : difficile de statuer.

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: L'héritage des Kennedy Theodore C. Sorensen Les assassins de Kennedy Richard H. Popkin John Fitzgerald Kennedy président Hugh Sidey Le Rapport Epstein Edward Jay Epstein L'assassin du Président Kennedy Dominique Venner Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...