J'ai tué Kennedy
Montalban
Prix: 5.00 €
Le plus grand salaud d'Amérique
Anthony Summers
Prix: 21.00 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Le HSCA et la "preuve acoustique"

Messages 0 à 20 sur 90 [ 0-1-2-3-4 ]

Nicolas Bernard
Samedi 18 décembre 2004 à 19h47 #12292 Modification de ce message Citer ce message
C'est l'élément majeur qui a convaincu le HSCA - ou plutôt qui lui a permis d'offrir au public un réquisitoire accusant à mots couverts la Mafia d'avoir trempé dans le meurtre de Kennedy. La radio d'un motard de la police de Dallas aurait en effet enregistré le son produit par les coups de feu tirés sur Dealey Plaza : quatre au total, et non trois.

Cependant, cette version des faits repose sur des bases éminemment fragiles... Difficile de trancher, tant les positions sont radicalement tranchées. Pour le curieux, tous les éléments sont fournis ici :
[ Lien Web ]
[ Lien Web ]
[ Lien Web ]
[ Lien Web ]

sceptik
Samedi 18 décembre 2004 à 20h59 #12293 Modification de ce message Citer ce message
On a du pain sur la planche...!!!
;)

Dans les liens que tu proposes, nicolas, y-a-t'il un enregistrement de la séquence ?
J'ai jeté 1 coup d'oeil rapidos et je n'ai pas trouvé...
Je regarderai + en profondeur prochainement...

Bonne soirée à tous !

Nicolas Bernard
Dimanche 19 décembre 2004 à 00h16 #12294 Modification de ce message Citer ce message
Les enregistrements sont ici : [ Lien Web ]

Mais vous n'entendrez rien de particulier - seule une expertise scientifique peut permettre d'analyser les sons.

oswaldiste
Dimanche 19 décembre 2004 à 16h32 #12300 Modification de ce message Citer ce message
Cette "preuve" accoustique reste quand même des plus controversée encore à l'heure actuelle. Il me semble même qu'il y a encore eu des analyses scientifiques l'été dernier pour déterminer si oui ou non il s'agissait là de la preuve formelle du complot.

Cela dit, il faut remettre cette "preuve" dans son contexte.
Je ne reviendrais pas sur le éléments permettant ou non de détruire cette preuve.

Je vais juste revenir un petit peu sur le contexte à l'époque.
Il faut savoir que l'affaire du watergate a jeté un lourd discrédit sur le gouvernement américain et sur la CIA également, qui a même du avouer avoir plannifié des assassinats politique.
Dans ce contexte, le public se méfiait de plus en plus de ce que le gouvernement pouvait lui dire (ce qu'on pourrait appeler de nos jours "le syndrôme X-Files" lol).
Le HSCA a donc relancé une enquête pour vérifier les conclusions du rapport Warren et enquêter sur d'autres éléments.

Il faut noter que le dernier président, après Sprague, était G. Robert Blackey. Il avait travaillé pendant 20 ans pour la CIA. Il était donc difficlement envisageable qu'il se mette à accuser la CIA.
Par contre, il était convaincu qu'il y avait eu un complot, il sauta donc sur la première "preuve" possible pour conclure à une "possible complot".

Il n'a émis cette réserve que dans le cadre du rapport du HSCA. Il avait en fait déjà en tête son bouc émissaire: la mafia.
Malgré le manque de preuve flagrant apporté par le HSCA, Blackey et Dick Billings (par ailleurs co-rédacteur du rapport du HSCA) ont publié un livre sur le complot de la mafia destiné à abattre Kennedy (the plot to kill kennedy).
Et ce livre est paru moins de deux ans après le rapport final du HSCA.

Je pense donc que Blackey avait déjà la mafia en tête pendant qu'il présidait le HSCA, et qu'il avait déjà son livre en tête. Il s'est donc rué sur cet enregistrement pour en faire l'élément prouvant le complot, le complot que lui voulait voir...

Mais bon après c'est mon avis, avis de partisan du tireur unique, donc je ne suis pas forcément objectif non plus ;).

oswaldiste
Dimanche 19 décembre 2004 à 16h37 #12301 Modification de ce message Citer ce message
A noter que via son RICO (Racketeer-Influenced and Corrupt Organizations Act) et qu'il avait travaillé dans le cabinet de Robert Kennedy entre 1960 et 1964... sur le crime organisé ;).

oswaldiste
Dimanche 19 décembre 2004 à 16h44 #12302 Modification de ce message Citer ce message
Bon en fait je suis pas sur que Blakey ait travaillé pour la CIA. Je l'avais lu quelque part, mais j'arrive pas à remettre la main dessus. Donc, après coup, j'émets un conditionnel là dessus ;).

Nicolas Bernard
Dimanche 19 décembre 2004 à 17h57 #12304 Modification de ce message Citer ce message
Non, il n'a jamais appartenu à la CIA. En revanche, l'enquête du HSCA n'a pas cherché à gêner celle-ci, ni le FBI, lesquels n'ont remis au Comité parlementaire que ce qu'elles ont bien voulu déclasser.

Le rôle de Blakey est très troublant. Il croyait au complot, mais pas à n'importe lequel : je pense qu'il a profité de la situation pour accabler la Mafia, sa vieille ennemie - et longtemps considérée, il est vrai, comme un suspect crédible - en lui collant sur le dos le meurtre d'un Président qui compte parmi les plus importants de l'Histoire américaine. Blakey est en effet un type brillant, un juriste rigoureux : il a travaillé pour Robert Kennedy, a initié des projets de loi, était professeur de Droit de la fameuse Université de Cornell (d'où est sorti Edward J. Epstein, soit dit en passant) dont il dirigeait le département étudiant le crime organisé. Et il est frappant de considérer le pédigrée du personnage, un modèle d'analyse et de rigueur, en le confrontant aux preuves qui l'amènent à croire à la culpabilité mafieuse : son dossier est en effet relativement mince, il a lui-même avoué qu'en substance les éléments recueillis ne suffiraient pas à convaincre un Tribunal - et pourtant il s'y raccroche, contre toute raison. La Mafia a fait assassiner le frère de son patron, et il y croit dur comme fer.

C'est pourquoi je pense qu'il s'est servi du HSCA, et qu'il n'a guère cherché à gêner le FBI et la CIA - alliés potentiels.

Le problème est que cette stratégie s'est retournée contre lui. Il pensait pouvoir livrer au public un dossier solide : un tireur dans le dépôt de livres (Oswald) et un autre sur la butte gazonnée, tous les deux liés à la Mafia. Mais son panel médical a fait voler ce beau scénario en éclats, refusant d'admettre que Kennedy avait pu être touché de face. Faute d'avoir creusé les pistes menant aux anticastristes et autres mercenaires de la CIA, Blakey se retrouvait prisonnier de sa propre logique, et condamné à réhabiliter la thèse du tireur solitaire... En ce sens, il a été sauvé par l'analyse acoustique, et n'a pas pris soin de la soumettre à une véritable contre-expertise : le Rapport devait être rendu, l'opinion s'impatientait, la presse fustigeait le coût de l'enquête (pourtant bien inférieur aux fonds dépensés par la Commission Warren). S'étant abstenu de collecter d'autres preuves, Blakey en était réduit à cette bande son qui établirait que quatre coups de feu ont été tirés - un de trop, donc, ce qui prouve le complot.

Ce faisant, il condamnait à mort toute possibilité d'enquête officielle. L'Académie nationale des Sciences a en effet eu beau jeu de réfuter la "preuve acoustique", ce qui donnera au Ministère de la Justice de l'Administration Reagan une occasion en or de refermer le dossier en 1985 - alors que le HSCA avait recommandé au contraire de relancer l'enquête.

Victime de ses propres démons, Blakey a échoué à prouver le complot, et a échoué à obtenir une nouvelle enquête. Les impasses de sa stratégie anti-Mafia seront lourds de conséquence, puisque apportant de l'eau au moulin des défenseurs de la thèse officielle tout en laissant la vérité dans l'ombre.

oswaldiste
Dimanche 19 décembre 2004 à 18h01 #12305 Modification de ce message Citer ce message
"Les impasses de sa stratégie anti-Mafia seront lourds de conséquence, puisque apportant de l'eau au moulin des défenseurs de la thèse officielle tout en laissant la vérité dans l'ombre."

Objection monsieur Bernard: vous influencez le juri concernant la thèse officielle! Il n'est pas sure que celle-ci soit éloignée de la vérité, et il n'est pas dit qu'il y ait eu complot. ;)

Cela dit, tu sembles dire que la bonne piste serait vers les anticastristes ou les mercenaires de la CIA?
Rejettes tu la piste Wallace?

Nicolas Bernard
Dimanche 19 décembre 2004 à 18h12 #12308 Modification de ce message Citer ce message
Je ne rejette pas la piste Wallace : étant donné que les anticastristes restent les suspects les plus crédibles (avec Wallace), je me dis que nous aurions gagné à en savoir plus - mais le HSCA n'a pas vraiment fait son boulot (dixit Gaeton Fonzi).

A mon avis, l'équipe de Wallace ressemblait à celle formée par Howard Hunt sur l'instigation de Richard Nixon à l'occasion de l'affaire Ellsberg - dérive présidentielle qui débouchera sur le Watergate. Hunt, ancien agent de la CIA, avait recruté des potes de l'Agence et des anticastristes cubains. Vu les moeurs sudistes et en particulier texanes, et vu l'affaire Odio, je crois que Wallace a agi de même, en recrutant des anticastristes qu'il n'était pas bien difficile de convaincre.

L'affaire Odio montre d'ailleurs qu'Oswald a été manipulé - il s'agissait de le rattacher aux services de renseignements castristes. Or, une telle manipulation est typique de celle engendrée par l'un des cerveaux de la CIA, William K. Harvey. Compte tenu de la complexité des liens entre les divers groupuscules anti-Kennedy du sud des Etats-Unis, et si l'on se souvient en particulier du témoignage de Veciana, je me demande si les tueurs mandatés par Clifton Carter (?) n'ont pas suivi les conseils d'un expert de l'Agence...

Si le HSCA avait résolument enquêté chez les milieux anticastristes et la CIA, au lieu de s'arrêter au milieu du gué pour se réorienter vers la Mafia, il aurait peut-être pu approcher la vérité.

sceptik
Lundi 20 décembre 2004 à 01h54 #12313 Modification de ce message Citer ce message
Pour revenir aux enregistrements des tirs [ Lien Web ] , sur "tr1 128" on peut effectivement distinguer clairement au moins 2 des tirs malgré la "neige" (en tenant notamment compte du fait que 5 secondes s'écoulent entre 2 des tirs) :
un tir à 3'34 et un autre à 3'40.
On peut également décelé 2 sons suspects à 3'37 et 3'41, mais le son est très distordu.
Pour vous faire une idée, je vous conseille de lire en boucle la séquence (limitez là à 5 sec de longueur maxi) une bonne dizaine de fois sur un logiciel approprié (permettant de voir la courbe wave) afin de pouvoir distinguer avec le + de finesse possible les infimes variations du son dans ce brouhaha...

Je suis en train de voir pour plaquer le son sur la vidéo de Zapruder. Mais comme la vidéo est un tout petit peu + lente que le son, il faut l'accélérer 1 chouïa.
Je vous tiens au courant.

sceptik
Lundi 20 décembre 2004 à 02h09 #12314 Modification de ce message Citer ce message
J'avoue que ça m'a fait drôle d'entendre les tirs en direct, surtout le 1er qui claque de manière relativement claire...
Il est également très intéressant de se rendre compte de l'importance de ces fameux échos, même s'ils se fondent dans la neige (sans mauvais jeu de mots ;))

z.313
Lundi 20 décembre 2004 à 19h58 #12316 Modification de ce message Citer ce message
Sceptik si tu te risques à une synchro je me permets de te donner quelques indications sur les variations de vitesse de lecture selon les copies du canal #1. ll me semble que c'est bien le tr1 128.mp3 qui tourne 5% plus lentement que la vitesse du dictabelt "original".
Ce track correspond à l'enregistrement du canal #1 effectué par J.C. Bowles début 1964, à partir des dictabelts "originaux".

Pour mener son analyse BBN/HSCA a utilisé les enregistrements de J.C. Bowles et donne une indication sur la vitesse de lecture:
"Here, the slope of the least-square error fit is 0.95, indicating that the recorder was running 5% too slow and, therefore, was compressing time slightly.* The fact that the slope does not change over the course of the entire segment shows that the recorder operated continuously".

Mais BBN precise:
“Frequency analysis of the power hum on the tape recording also indicated that the recorder had been about 5% slow. Since the hum could have been added when the tape was recorded from the dictabels, this is not a reliable indication of the original recording speed”.

Alors que la contre-expertise (axée sur le 3é tir censé provenir du Knoll) menée par Weiss & Aschkenasy confirme:
“The delay times of the impulse sounds on the DPD recording were measured directly from a graph of the sequence of impulse waveforms, such as the one shown in figure 3. To simplify the measurement of time intervals, the graph was plotted with a time scale of 1 millisecond per millimeter (1 msec/mm). However, before the measurements could be used, they had to be multiplied by a time-correction factor to correct for an error in the speed of the DPD Dictabelt. machine. As was shown in the BBN analysis, the DPD recorder was running slow at the time the recording was made. Consequently, when the recording is played back at the faster, correct speed, the recorded impulse sounds will be heard closer together than they actually were at the time the recording was made. This error could be corrected by multiplying the time intervals measured on the graph by a time-correction factor. The BBN analysis showed that between 12:22 p.m. and 12:37 p.m., the average speed of the recorder was 0.95 of correct speed. The actual speed at any time during this interval could have been from 0.94 to 0.96 of true speed. Accordingly, the time-correction factor could range from 1.04 to 1.06 “.

Puis en 1981, le panel NRC/NAS commence à embrouiller les choses à propos de la copie de J.C. Bowles:
“BRSW reported that the Channel I times had to be multiplied by a factor of 1.05 to convert them to "real" time. We have not made this additional correction but instead have expressed all of our results in equivalent Channel I tape recorder time units”.

En étroite collaboration avec le FBI, le panel fait de nouvelles copies des canaux #1 et #2, à partir du matériel original remis par le DOJ en 1981:
“The Dictabelt (Channel I) was transcribed using a Dictaphone playback unit, with its playback speed adjusted to be equal to the original recording speed. The 60 Hz hum from the original record was used to make this adjustment.The Dictabelt was in poor condition and it was difficult to measure accurately the period of the 60 Hz hum required for the speed adjustment. No skips or repeats were apparent in the process of transcription, nor are there indications of any on the resulting tapes. The time between the "You want me . . . Stemmons" transmission and the "Hold everything . . ." transmission, which coincided with the part of the tape where BRSW/WA said they found shots, was found to be 178 seconds. This compares with 171 seconds in the analysis of the Bowles tapes, in which we did not attempt to correct the times to real time”.

Le panel annonce que la copie de J.C. Bowles tournait plus rapidement que la nouvelle copie, puisque l'écart entre deux transmissions et maintenant de 178 secondes, contre 171 sur la copie de J.C. Bowles. Cette nouvelle copie est répertoriée comme: copie du FBI enregistrée avec son matériel et correspond au tr 5 128.mp3.
Donc deux possibilités pour une synchro:
La copie de J.C. Bowles avec un facteur de correction à appliquer et la copie du FBI censée "tourner" à la bonne vitesse.
Toutefois n'oublies pas que le Z-film est tronqué ce qui fausse la base temps, seule une version appartenant à R. Groden parait complète.
Bon courage et excuse le tutoiement.


Bonjour chez vous.

z.313
Lundi 20 décembre 2004 à 21h29 #12317 Modification de ce message Citer ce message
Perso, je veux bien que R. Blakey règle un contentieux avec J.Garrison et la mafia, mais ce n'est pas lui qui a trouvé les impulsions sur le canal #1.
Il me semble que BBN et le Dr Barger faisaient autorité en la matière (dixit Ken State) de plus la contre-expertise menée par Weiss & Aschkenasy confirme la probabilité statistique d'un tir (loupé...oui je sais) venant du Knoll.

Je conseille à tous de se rendre sur le site de Court TV/Sensimetrics car il est possible de visualiser les marqueurs (repères) signalant les 4 impulsions détectées par BBN.

[ Lien Web ]

Il suffit d'ouvrir les segments audio dans un éditeur de son.
Les segments sont accessibles dans le logiciel (Impulses) proposant une analyse consacrée aux corrélations d’échos entre le modèle virtuel (du 3e tir) établie à partir du ré-enactement de 1978 et l’original.
De plus une version nettoyée/filtrée par BBN à l'aide d'un filtre adaptatif LMS étudiant la nature répétitive des sons (moteur de la moto, basse fréquence,
bourdonnements...) puis les soustrayant ensuite est aussi disponible.
Cette version filtrée est beaucoup plus parlante, vous m'en direz des nouvelles !

Nicolas, il te faut une seconde écoute.


10-4

sceptik
Lundi 20 décembre 2004 à 21h42 #12318 Modification de ce message Citer ce message
En fait il faudrait accelérer "tr1 128" de 5%, c'est ce que tu veux dire ?
Ça peut se faire sans problême.

Mais en fait, en calquant le son sur l'image, l'intérêt est surtout de tenter de voir s'il est possible de trouver des corrélations entre les bruits suspects de la bande et les images.
Ce qui m'aiderait, ça serait de savoir le pourcentage auquel le film de Zapruder (en l'occurence, la version stabilisée) doit être accéléré pour coller au + près de la bande sonore...

" et excuse le tutoiement."
---- Le tutoiement est interdit ?
Dans ce cas je suis coupable depuis le début..! ;D

z.313
Lundi 20 décembre 2004 à 22h10 #12319 Modification de ce message Citer ce message
C'est ça...
As-tu ecouté la version filtrée ?


10-4

z.313
Lundi 20 décembre 2004 à 22h26 #12320 Modification de ce message Citer ce message
Que vas tu faire pour corriger la vitesse de lecture, pitcher le segment ?


10-4

Nicolas Bernard
Mardi 21 décembre 2004 à 13h11 #12328 Modification de ce message Citer ce message
Je ne suis absolument pas apte à donner un avis scientifique sur les analyses acoustiques.

Il est vrai que le HSCA avait recruté la société Bolt, Beranek & Newman, pour laquelle travaillait le Dr. Barger. Cette firme avait acquis certaine notoriété au cours de l'affaire du Watergate - elle avait repéré les coupures effectuées dans les enregistrements audio de la Maison-Blanche, ce qui avait précipté la chute de Nixon. De même avait-elle participé à l'instruction menée contre les Gardes nationaux qui avaient tiré sur les étudiants de l'Université Kent State le 4 mai 1970.

Selon Barger, il existait 50 % de chances pour que l'une des impulsions de l'enregistrement corresponde à un 4e coup de feu. La probabilité est passée à 95 % à l'issue de l'expertise menée par Mark Weiss et Ernest Aschkenazy, du Queens College.

Néanmoins, plusieurs problèmes se posent.

Le premier, et non des moindres, est que l'on peut entendre sur la bande le Sheriff Bill Decker - qui se trouvait dans la première voiture du convoi - ordonner de sécuriser la zone des chemins de fer débouchant sur Dealey. Cet ordre tombe à l'endroit pratiquement exact de la bande où les experts du HSCA ont repéré les "coups de feu". Ce détail a été découvert par Steve Barber grâce à un magazine de cul - Barber a relaté son aventure ici : [ Lien Web ]

L'extrait est accessible en ligne ici : [ Lien Web ]

Or, on sait que d'après les messages radio de la police de Dallas, l'assassinat est survenu entre 12:29:52 et 12:30:18, tandis que l'ordre de Decker est énoncé à 12:31:22. Autrement dit, plus d'une minute après les coups de feu.

D'où bug logique, résumé comme suit : l'assassinat se produit à 12 h 30, mais les coups de feu retentissent à 12 h 31.

Barber a affermi sa démonstration, réfutant les objections présentées par les experts du HSCA : [ Lien Web ]

Par ailleurs, on sait que les sirènes de police ne retentissent, sur la bande, que deux minutes après les coups de feu - alors que dans la réalité, elles se déclenchent dès le dernier tir. Le HSCA a certes supposé que le motard, H. B. McLain (qui a nié que l'enregistrement émanait de sa moto), était demeuré sur Dealey Plaza deux minutes avant de redémarrer et d'enclencher ses sirènes. Le problème est qu'une photographie montre McLain accompagner Jackie Kennedy à l'intérieur de l'hôpital, ce qui réduit à néant cette version des faits.

L'on voit donc qu'il existe des éléments de nature à remettre profondément l'expertise du HSCA.

Sources : Harrison E. Livingstone, "Killing the Truth", Carroll & Graf, 1993, p. 343-367 ; Gerald Posner, "Case Closed", Anchor Books, 1994, p. 237-240 ; Anthony Summers, "The Kennedy Conspiracy", Warner Books, 1998, p. 15-18.

oswaldiste
Mardi 21 décembre 2004 à 17h36 #12330 Modification de ce message Citer ce message
De mémoire, et Nicolas pourra dire si je me trompe, il y a un autre problème avec le bruit des sirènes: c'est un bruit qui semble se déplacer. Ou plutôt, on pourrait dire que le bruit a été enregistré à partir d'une personne fixe alors que les sirènes se déplacent.

Or McLain était sur une moto et on aurait du entendre sa sirène de façon fixe (son micro et sa sirène étaient solidaires de la moto, ça me semble être un point qu'on peut acté ;) ).

Donc du coup, ça élimine la piste McLain qui pourtant survit quand même! ou comme diraient les Américains, "the McLain lead dies hard"
(oui mon message était aussi pour la placer celle là :p).

z.313
Mardi 21 décembre 2004 à 19h20 #12334 Modification de ce message Citer ce message
Nicolas a écrit :
"Cependant, cette version des faits repose sur des bases éminemment fragiles... Difficile de trancher, tant les positions sont radicalement tranchées".

Une des raisons à cela provient du fait que les analyses successives usent de sources audio différentes.

BBN a utilisé la version de J.C. Bowles tandis que le NAS utilisa la version du FBI (celle avec la vitesse ajustée).
A l'aube des années 1980 la version du FBI sert désormais de référence. Il est dit que la version de Bowles tourne 5% plus rapidement que la version du FBI, mais 5% plus lentement que le dictabelt original.
La vitesse de lecture du canal #1 et #2 doit être déterminée de façon très précise pour autoriser une synchro entre les deux canaux (j'y reviendrais plus tard).

En 1963 les enregistreurs du DPD (canal général #1 qui gérait les affaires courantes enregistrées par une machine Dictaphone modèle A2TC 5 sur des cartouches Dictabelt polyester rotatives et le canal auxiliaire #2 requis pour les évènements spéciaux enregistrés par une machine Audograph Gray sur des disques flexibles 8.5 pouces) ne possédaient pas l'option Time-Code (enregistrement de l'heure en parallèle à l'enregistrement du son). Dès lors c'etait l'opérateur radio/Dispatcher du centre de communication "KKB 364" qui annonçait les contrôles d'heures. Des horloges différentes synchronisées en début de mois étaient utilisées pour définir l'heure des messages transmis. Une étude du FBI a conclu qu'en fin de mois, les montres différaient d'au moins 60 secondes.
Ainsi un contrôle d'heure était annoncé à 10:30 alors qu'il pouvait être en réalité 10:29 ou 10:31.
Conformément au protocole, le Dispatcher annonçait des contrôles d'heure périodiques, toujours dans une minute pleine.

Nicolas a écrit :
"Le premier, et non des moindres, est que l'on peut entendre sur la bande le Sheriff Bill Decker - qui se trouvait dans la première voiture du convoi - ordonner de sécuriser la zone des chemins de fer débouchant sur Dealey. Cet ordre tombe à l'endroit pratiquement exact de la bande où les experts du HSCA ont repéré les "coups de feu". Ce détail a été découvert par Steve Barber grâce à un magazine de cul"-

Puis :
"Or, on sait que d'après les messages radio de la police de Dallas, l'assassinat est survenu entre 12:29.52 et 12:30.18, tandis que l'ordre de Decker est énoncé à 12:31:22. Autrement dit, plus d'une minute après les coups de feu".
"D'où bug logique, résumé comme suit : l'assassinat se produit à 12 h 30, mais les coups de feu retentissent à 12h 31".

A l'aide de deux transmissions successives de Jesse Curry sur le canal #2 BBN a déterminé l'heure de l'assassinat. La première transmission servant de référence place le cortège d'automobiles "At the Triple-Underpass". Après que le Dispatcher note 12:30 le Chef Curry annonce "Go to the hospital".
L'assassinat doit être arrivé entre ces deux transmissions, selon BBN la meilleure évaluation serait 12:30.12.
Sur le canal #1 le premier tir serait intervenu à 12:30.47 et à 35s du canal #2, bien dans la différence de temps autorisée pour cet essai de criblage (60s).
Jusqu'ici, aucune nécessité de synchroniser les deux canaux.

Après que BBN ait rendu ses conclusions, Steve Barber un (musicien) chercheur indépendant découvrit qu'une transmission à peine audible (ayant échappée a BBN ?!) chevauchait les deux dernières impulsions sur le canal #1
Cette transmission semble dire "Hold everything secure..." et là , cela se complique car cette transmission apparaît aussi sur le canal #2 au moins une minute après les impulsions.
En théorie, cette transmission venait du canal #2 et a traversé le canal #1 une minute après les impulsions ce qui annule complètement les conclusions de BBN.

Ce type de transmission "double" est appelé plus techniquement Diaphonie/Crosstalk.
Un Crosstalk se produit, lorsqu'une émission/transmission sur un canal est enregistrée par le microphone d'une autre radio accordé sur un canal différent. Ainsi, on peut entendre en surimpression, de façon plus ou moins intelligible, une conversation ayant lieu sur une autre fréquence.

Ex : Deux motos équipées de radio émetteur se trouvent à proximité, pendant que le premier officier transmet un message sur le canal #1, le haut parleur radio du second officier accordé sur le canal #2 diffuse une transmission.
Celle-ci est retransmise sur le canal #1 par l 'intermédiaire du micro en émission appartenant au premier officier.
Le résultat est une émission/transmission simultanée sur les deux canaux. Dés lors que deux radio émetteurs en émission sont à proximité l'incident risque de se produire.
Ne pas confondre avec le Simulcast, qui est une transmission délibérée et simultanée sur les deux canaux, souvent utilisée par le Dispatcher.

C'est là que la synchro entre les deux canaux intervient, en effet les Crosstalks offrent des points de référence communs pour les deux canaux puisque simultanés.
Je crois qu'il est bon de noter que ce moyen de synchro les deux canaux n'avait pas échappé à BBN, seulement il y a deux écoles :
Les partisans de cette méthode qui jurent que les deux canaux ont été enregistrés en continu et l'autre partie qui affirme que les deux canaux ont été enregistrés par intermittence interdisant ainsi une synchro. Il faut savoir que l'enregistrement des deux canaux était activé par la porteuse sur la ligne (c à d. une personne en émission sur le canal enregistré) lorsqu'un silence (absence de porteuse sur la ligne) durait approx 4s l'enregistrement stoppait.

Tout l'enjeux du NAS/NRC fut de synchroniser les deux canaux sur ce point de référence qu'offre le Crosstalk "Hold everything secure..."
Comme je l'ai dit, la synchro à partir de ce Crosstalk place les impulsions au moins une minute après la transmission du Chef Curry "Go to the hospital".

Seulement, cette technique a montrée ses limites puisque la synchro des deux canaux à partir d' un autre Crosstalk re-place les impulsions entre les deux transmissions du Chef Curry.

Perso je crois que la clé réside dans les deux Crosstalks successifs :

1/ "Naw that's is all right - I'll check it" (peu avant 12:30)

2/ "Hold everything secure" qui chevauche les deux dernieres impulsions (12:30.54.6 approx)

Deux émetteurs en émission se sont forcement croisés lors de ces deux Crosstalks, il me semble qu'avant la courbe d'Elm Street (le premier Crosstalk correspond sensiblement à cette position) Mc Lain (coté gauche du cortège) devait avoir M.L. Baker dans son sillage (coté droit du cortège), ce dernier s'arrêtant brutalement à 50 ms du TSBD pour s' engouffrer à l'intérieur.
Pour le second Crosstalk Mc Lain vient de franchir la courbe, il se trouve maintenant sur Elm Street ou B. Hargis vient de stopper pour se diriger vers le Knoll tandis que J. Courson et C. Haygood se trouvent derrière Mc Lain (4 véhicules plus bas approx).

Avec cette configuration (un peu sommaire) il est difficile de trouver le motard ayant ré-émis un Crosstalk sur la radio de Mc Lain.
Il faudrait creuser très précisément la position exacte de chacun, mais une chose est sûre les Crosstalks proviennent du canal #2 et donc forcément d'un officier assigné au cortège.

Voila pourquoi la thèse de Bowles me parait fragile.
Le superviseur des communications de la police de Dallas estime que le motard ayant le micro bloqué se trouvait au Trade-Mart sur un modèle Harley-Davidson Trike (trois roues).
Il me semble que seuls les officiers se trouvant dans le cortège avaient "réquisitionné" le canal #2, mais il est possible que tous les officiers disséminés sur le parcours soient eux aussi amenés à transmettre sur le canal #2.


10-4

Sources :

BBN [ Lien Web ]

Testimony J.P. Barger
[ Lien Web ]

Weiss & Aschkenasy
[ Lien Web ]

Testimony Weiss & Aschkenasy
[ Lien Web ]

Steve Barber
[ Lien Web ]

DB Thomas
[ Lien Web ]

NAS (panel Ramsey Clark)
[ Lien Web ]

J.C. Bowles
[ Lien Web ]

Pierre Nau (findings HSCA)
[ Lien Web ]

Motorcade position
[ Lien Web ]

Log
[ Lien Web ]

z.313
Mardi 21 décembre 2004 à 19h47 #12335 Modification de ce message Citer ce message
Nicolas a ecrit :
"Par ailleurs, on sait que les sirènes de police ne retentissent, sur la bande, que deux minutes après les coups de feu - alors que dans la réalité, elles se déclenchent dès le dernier tir".

Effectivement, sur la transmission de Curry "Go to the hospital on peut entendre nettement la sirène provenant de sa voiture (lead car) se trouvant avant le TUP ou juste après.
Seulement Barger a démontré clairement que la Harley-Davidson de Mc LMain se trouvait (sur Elm) au moins à 300 pieds de la lead car, à cette distance le micro cardioïde (direction insensible) relié à la radio de Mc Lain ne pouvait "capter" le son des sirènes.
A la source le niveau sonore (dB) de la sirène est autour de 120 dB, la perte de puissance causée par la distance séparent Mc Lain de la lead car est autour de 40 dB ce qui laisse le niveau du son à 80 dB. Les bruit ambiants (moteur de la moto) sont estimés à 90 dB, dès lors le micro resta insensible (le pare-flex de la Harley contribua à cette atténuation) au son de la sirène venant de la lead car.
En ce qui concerne la sirène des motos, il est abusif de croire qu'il suffisait d'appuyer sur un bouton pour qu"elle fonctionne !
De memoire,celle-ci ne se déclenchait qu'une fois la moto atteignant une vitesse soutenu.Il me semble qu'avant le Stemmons la topographie interdit une grande vitesse.

Pour en terminer avec les sirènes, je reproduit un extrait des conclusions du HSCA (trad. Pierre Nau) : [ Lien Web ]
"Plusieurs faits complémentaires pouvaient également expliquer le bruit semblant décroître en intensité. L'officier de police McLain pouvait avoir reculé après avoir rattrapé les voitures, il pouvait avoir dépassé les voitures, ou il pouvait être arrivé à l'hôpital peu de temps après les avoir rattrapées, à un moment où le niveau des sirènes baissaient alors que les voitures approchaient de l'hôpital. Au cours de son témoignage lors de l'audition, McLain déclara qu'il croyait avoir mis en marche sa sirène dès qu'il avait entendu l'ordre de Curry de se diriger vers l'hôpital de Parkland. Il déclara que chacun de ceux se trouvant près de lui avaient mis en marche leurs sirènes immédiatement. Si sa mémoire était fiable, l'émission des coups de feu pendant l'assassinat n'aurait pas été présente sur sa radio, parce que le bruit des sirènes sur la bande d'enregistrement n'intervient que 2 minutes plus tard approximativement.
Le comité avait la conviction que McLain faisait erreur concernant l'utilisation de sa sirène. Puisque ceux qui roulaient près de Curry dans le cortège avaient mis leurs sirènes en marche, McLain n'avait pas eu particulièrement besoin de mettre la sienne en marche également".

Nicolas a ecrit :
"Le HSCA a certes supposé que le motard, H. B. McLain (qui a nié que l'enregistrement émanait de sa moto), était demeuré sur Dealey Plaza deux minutes avant de redémarrer et d'enclencher ses sirènes. Le problème est qu'une photographie montre McLain accompagner Jackie Kennedy à l'intérieur de l'hôpital, ce qui réduit à néant cette version des faits".

Mc Lain a déclaré sous serment que sa radio devait normalement émettre sur le canal #1 le 22/11.[ Lien Web ]
Cela n'indique pas de manière définitive que sa radio émettait sur ce canal #1, mais cela démontre que Mc Lain n'a pas noté la consigne ordonnant aux officiers de la Motorcade de commuter sur le canal #2 pendant la traversé de Dallas. Tout le monde sait que le canal #2 était réservée aux officiers present dans le cortège.
Ensuite, il a admis que son commutateur de canal restait très souvent bloqué à son insu.
Quand il a appris qu'il avait peut être enregistré le son des tirs, il s'est rétracté !

Il faut dire que Hollis B Mac Lain est un sacré bougre, voici ce qu'en pense son supérieur le sergent Stavis Ellis
:[ Lien Web ]
"We had a similar case with another officer named McLain. We had a guy come to Dallas several years ago with a sound device listening to some noise on one of the police radios. He said that he counted seven shots. McLain told them it was his radio making the noise, so he was taken to Washington and questioned. Mac didn’t know what in the hell he was talking about. He was kind of a nit wit, and when he went up there, he made an ass out of our whole department. It was disgraceful! I think he just wanted a trip to Washington".

De nouveau un extrait des conclusions du HSCA (Trad. Pierre Nau) :
"McLain lui-même témoigna qu'après l'assassinat, il avait accéléré pour rattraper les voitures situées à l'avant du défilé et qu'il était entré sur l'autoroute de Stemmons en route vers l'hôpital de Parkland. De toute manière, il est certain qu'il avait quitté Dealey Plaza peu de temps après l'assassinat. Les voitures du défilé avaient leurs sirènes en marche, et ceci pouvait expliquer le bruit des sirènes s'intensifant quand McLain se rapprochait d'elles, qu'il ait quitté Dealey Plaza immédiatement ou peu de temps après l'assassinat".


10-4

Sources :
Entretien de DB Thomas pour le magazine français Science Extrême.

Sam Sneed "No more silence" entretien avec les officiers de la Motorcade.[ Lien Web ]

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: John Kennedy, un homme de bonne volonté Marcel Lecomte Les quatre jours de Dallas Morvan Duhamel L'Amérique fait appel... Mark Lane John F. Kennedy Claude Moisy De Dallas à Montréal Maurice Philipps Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...