JFK - Une jeunesse insouciante
Nigel Hamilton
Prix: 24.00 €
Jackie : Images d'une vie
Pierre-Henri Verlhac, Yann-Brice Dherbier
Prix: 42.75 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Charles de Gaulle

Messages 0 à 20 sur 26 [ 0-1 ]

zharyus
Mercredi 22 janvier 2003 à 16h31 #7877 Modification de ce message Citer ce message
Je viens de voir à la télé un tout petit reportage sur une visite commune de Lyndon Johnson et Charles de Gaulle en Allemagne de l'Ouest, ce qui m'as frappé le plus est que Charles de Gaulle ne voulais tout simplement pas serré la main de Johnson et qu'il avais du mépris dans ses yeux à son égard ,même que le Chancellier Allemand à du intervenir pour prendre sa main et la mettre dans celle du Président Américain ,Quand l'on sais que les relations entre de Gaulle et Kennedy étais excellente je me demande si sa réaction étais du au fais qu'il savais que Johnson étais impliqué dans l'assassinat de Kennedy. Comme je viens du Canada je pose cette question à mes amis Francais est ce que De Gaulle à déjà fais allusion à un possible complot? merci

Zharyus

bishop
Mercredi 22 janvier 2003 à 18h15 #7878 Modification de ce message Citer ce message
Oui Charles de Gaulle a fait allusion à un complot en présence d’Alain Peyrefitte, son ministre de l’information, qui le raconte dans son livre « C’était De Gaulle ». Il pensait que c’était un crime commis par les extrèmistes blancs racistes du sud des Etats Unis en cheville avec la CIA. Il le lui a dit dans les jours qui ont suivi l’assassinat. C’était une simple intuition de sa part, il n’avait aucune information particulière.
Pour la petite histoire les services secrets français ont rejoué le drame de Dallas dans les memes conditions, en vue de protéger le chef de l’Etat, et sont parvenus à la conclusion qu’il y avait plusieurs tireurs. Les services britanniques et israeliens ont fait de meme et sont parvenus aux memes conclusions.
Quant à l’inimitié de De Gaulle pour Johnson, elle tient surtout à sa politique d’indépendance à l’égard des Etats Unis ( retrait de l’OTAN, détente avec l’Union Soviétique, véto à l’entrée de l’Angleterre dans le Marché Commun et son « vive le Québec libre ! »)
Ainsi qu’à sa critique féroce de la politique américaine au Vietnam.

Cela dit De Gaulle méprisait Johnson, il le voyait comme un sheriff texan prêt à tirer dans tous les coins…
Je ne pense que c’est grand chose à voir avec l’assassinat de Kennedy.

Ces relations avec Kennedy n’étaient pas si excellentes que ça. De Gaulle avait son propre agenda politique (une France & une Europe indépendante) qui ne correspondait pas avec celui de Kennedy. Mais il respectait certainement Kennedy. A sa mort, il a dit qu’il était mort comme un soldat, ce qui pour lui ,Général ,était le plus haut des compliment et il a été le premier chef d’Etat étranger à annoncer sa venue aux funérailles.

Teigne warreniste
Mercredi 22 janvier 2003 à 19h05 #7881 Modification de ce message Citer ce message
Je ne crois pas que les relations entre la France et Kennedy étaient meilleures que sous Johnson...

Déjà la France avait des idées de Grandeur et voulait faire bande-à-part concernant l'OTAN... Ce qui ne faisait pas l'affaire des USA.

Milinkiewicz
Mercredi 22 janvier 2003 à 20h24 #7884 Modification de ce message Citer ce message
Salut à Tous,

Il est clair que les relations franco-US n'étaient pas meilleurs que sous Kennedy.De toute façon,le Général était depuis toujours méfiant à l'égard des USA qui d'après lui,et à juste titre,muselait la construction économique et militaire de l'Europe et de la France.
Pour ce qui est de JFK,sa rencontre avec avec De Gaulle s'était admirablement bien passée.Le Général avait été flatté que Jackie lui parle français et qu'Elle lui avoue qu'Elle traduisait en anglais des passages de ses Mémoires de guerre pour le Président.A la fin du séjour durant lequel De Gaulle avait réitéré tout son soutien à JFK sur la question de Berlin ou Cuba,il avait déclaré "C'est un Européen"

Amicalement

So What
Mercredi 22 janvier 2003 à 23h34 #7887 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2003-01-22 20:24, Milinkiewicz a écrit: Pour ce qui est de JFK, sa rencontre avec avec De Gaulle s'était admirablement bien passée.

Non pas vraiment. La rencontre de mai 1961 à Paris s'est au contraire fort mal passé entre les deux hommes et a marqué une incompréhension croissante de l'administration américaine, issue du parti démocrate, vis-à-vis de la politique gaullienne.

Mauvaises avec Kennedy, exécrables avec Johnson, les relations du Général avec les démocrates américains ont toujours été difficiles, pour ne pas dire impossibles, mais cela déjà datait depuis Roosevelt...

Voir sur ce sujet le livre de Vincent Jauvert :
L'Amérique contre de Gaulle (collection "L'Histoire immédiate" - Editions du Seuil)


Et sur le ouaibe:

Dossier spécial du Nouvel Obs: L’Amérique contre de Gaulle
Dossier de defensa: De Gaulle et les USA, 1961-69

Teigne warreniste
Jeudi 23 janvier 2003 à 05h18 #7889 Modification de ce message Citer ce message
Comme par hazard, la JFK Library vient de rendre publiques d'autres JFK Tapes: 15 heures d'enregistrement concernant divers sujets dont les relations avec De Gaule et l'Europe...

France and the European Community:

President Kennedy met with the National Security Council on January 31, 1963 and February 5, 1963 to discuss the NATO alliance and French President Charles DeGaulle's January 14, 1963 press conference that was interpreted by President Kennedy as a tirade against the United States. Discussions included the strengths and weaknesses of the NATO alliance as a result of the Franco-German Treaty, and the overall feeling of waning support towards the United States including a latent European anti-Americanism. Of General DeGaulle’s policy, President Kennedy states:

Citation: "They put out some pretty vicious stuff out of Paris every day. They either attack us for trying to dominate Europe or they attack us for withdrawing from Europe or that we won't use our nuclear force or that we'll get them into a war and they're not consulted."


President Kennedy continues throughout the meeting to discuss the position that the United States now faced in Europe and adds:

Citation: "There's nothing the Soviets want more than…to have a competition between us. And the reaction in the United States is the feeling that after all we have done for Europe, that Europe's now sole desire is to remove the United States from Europe."

Extraits du site promotionnel de la JFK Library

[ Lien Web ]

bishop
Jeudi 23 janvier 2003 à 08h32 #7891 Modification de ce message Citer ce message
Oui les relations ente De Gaulle et l’administration Kennedy étaient mauvaises. Cela dit il n’y avait pas de contentieux personnel entre De Gaulle et Kennedy.
Mais De Gaulle avait une conception ultra-réaliste des relations diplomatiques ; les Etats étant des monstres froids, ils défendent leurs intérets. Le président des Etats Unis défend les intérets américains et le président français les intérets français, point .

Malgré tout l’assassinat de Kennedy a eu une conséquence sur la vision que De Gaulle avait des Etats Unis : si un pays est assez instable pour assassiner son président, alors à un moment de crise il peut balancer des bombes atomiques sur l’Union Soviétique sans prévenir personne, ou inversement il peut retirer ses Forces Armées d’Europe et conclure un accord avec l’Union Soviétique sans prévenir les alliés européens.
Cela a renforcé sa volonté de se doter d’un armement atomique indépendant et de se retirer de l’OTAN.

Milinkiewicz
Jeudi 23 janvier 2003 à 11h48 #7895 Modification de ce message Citer ce message
De Gaulle avait apprécié Kennedy en tant qu'Homme,cultivé,raffiné,celui-ci lui avait posé de nombreuses questions sur la Résistance.D'ailleurs,la venue du couple US fit un "véritable tabac" à Paris.
Mais,il est clair que De Gaulle malgré qu'il ait conseillé à JFK de tenir bon face aux Soviétiques (la visite sur Paris précédait de peu celle des deux K de Vienne),voyait d'un mauvais oeil la politique étrangère US.
Concernant l'armement atomique,De Gaulle a finalisé un projet qui existait au départ déjà sous la IV République.Pour lui,la France devait etre souverraine et devait pouvoir se défendre seule.Je ne crois pas que le 22/11 ait renforcé la position du Général,en effet à cette date,la bombe française était déjà au point,le premier esssai eut lieu dès 1960 à Reggane en Algérie,système qui fut complet en 1966 avec la mise en service des vecteurs de lancement Mirage IV et sous-marin Triomphant.
Vive la France! Vive la République!

bishop
Jeudi 23 janvier 2003 à 14h12 #7896 Modification de ce message Citer ce message
Oui Milinkiewicz u as raison la bombe A était au point en 1963, mais il fallait la compléter par la bombe H, des missiles, des sous-marins....Beaucoup de ces programmes étaient en cours d'éxecution ou planifiés mais il fallait les réaliser et les payer. Je persiste à penser que les évènements du 22/11/63 ont renforcé la détermination de De Gaulle d'etre indépendant des Etats Unis, pays trop instable et trop imprévisible à ses yeux et qui cachait des "forces obscures" en son sein.

Teigne warreniste
Jeudi 23 janvier 2003 à 14h28 #7897 Modification de ce message Citer ce message
Justement, les USA n'apréciaient pas du tout le désir d'indépendance de la France en matière de défense, et les accès d'anti-américanisme de De Gaule...

Surtout dans le contexte de la Guerre Froide, il devenait impératif que le bloc de l'OTAN apparaisse comme uni et non divisé.

zharyus
Jeudi 23 janvier 2003 à 14h45 #7899 Modification de ce message Citer ce message
Et Vive le Québec libre !

Serieusement,
Je repense au funérail de Kennedy et je revois le Général De Gaulle qui agissais avec beaucoup de respect comme s'il rendais hommage a un soldat tombé au combat sous le feu ennemi ............

Q:Lors des funérails de JfK, De Gaulle a t'il rencontré et discuté avec LBJ pour lui apporté ses condoléances et lui souhaité Bonne Chance, Comme tout nouveau chef d'état aurais eu droit? S'il ne la pas fais, il devais avoir surement de très bonne raison.

Japprécie beaucoup vos réponse
Merci

Zharyus

Teigne warreniste
Jeudi 23 janvier 2003 à 15h25 #7900 Modification de ce message Citer ce message
Presque tous les pays qui avaient des relations diplomatiques avec les USA ont envoyé des représentants aux funérailles de JFK.

Et Mr K., lui-même, est même allé à l'ambassade US à Moscou versé quelques larmes (de crocodile?) sur le mémorial à Kennedy...

So What
Jeudi 23 janvier 2003 à 22h46 #7903 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2003-01-23 14:45, zharyus a écrit: Q:Lors des funérails de JfK, De Gaulle a t'il rencontré et discuté avec LBJ pour lui apporté ses condoléances et lui souhaité Bonne Chance, Comme tout nouveau chef d'état aurais eu droit?

Oui. Johnson et de Gaulle se sont rencontrés deux fois, la première en avril 1963 alors que le vice-président américain était de passage à Paris et la seconde le 25 novembre 1963 juste après les funérailles de JFK:

Lors de la première rencontre écrit David Halberstam, Johnson fut impressionné par l'atmosphère de grandeur et le sens de l'histoire de son hôte. Celui-ci l'aurait accueilli par ces mots inattendus: «Qu'êtes-vous venu apprendre?»

Les funérailles de Kennedy furent l'occasion d'une nouvelle rencontre. M. Hervé Alphand en a reconstitué l'atmosphère: «L'entretien a duré vingt minutes. Il a été très général: condoléances, remerciements, rappel de l'alliance inaltérable des deux nations qui se manifeste en toutes circonstances graves, telles que celles-ci. Car, si de Gaulle n'était pas venu, il n'aurait pas entraîné derrière lui tant de chefs d'État et de gouvernement. Johnson renouvelle l'invitation d'une rencontre de travail, au début de l'année ou au printemps, aux États-Unis. Le Général répond de façon évasive, mais Johnson prend cela pour une acceptation et va le clamer à la presse, aussitôt après notre départ. Premier malentendu à réparer»

La version américaine diffère sensiblement. Laissons la parole à Johnson:

«Quelques heures avant de le recevoir, j'avais reçu le compte rendu d'une conversation entre le Général et un ambassadeur allié. De Gaulle lui aurait dit que l'on ne pouvait pas compter sur les États-Unis en cas d'une invasion soviétique; les États-Unis, avait-il rappelé, étaient arrivés en retard dans les deux guerres et il avait fallu Pearl Harbor pour les faire entrer en action. Avec ces déclarations en mémoire... je remerciai le Président français d'avoir traversé l'Atlantique pour nous exprimer la sympathie de la France dans notre heure de tristesse... Il me dit combien les difficultés entre nos deux pays avaient été grandement exagérées... D'après lui, les Français savaient parfaitement bien pouvoir compter sur les États-Unis s'ils étaient attaqués. Je le regardai bien en face, en maîtrisant un sourire.. En dépit de tout cela, je décidai que les intérêts de nos deux pays étaient trop étroitement associés pour que je me laisse aller à de misérables querelles. J'adoptai comme régle, pour le gouvernement des États-Unis et pour moi-même, d'ignorer les attaques du Général et ses doutes sur la valeur de nos engagements... »

(Robert Lacour-Gayet: L’Amérique contemporaine p 185-186 - Editions Fayard)

cgeourjon
Jeudi 23 janvier 2003 à 22h52 #7904 Modification de ce message Citer ce message
Il parait que De Gaulle a hésité à venir à l'enterrement de Kennedy.
Sachant qu'il y a plusieurs présidents du monde , il s'est finalement décidé à y aller.

De Gaulle n'aimait pas la politique de Kennedy.

Teigne warreniste
Vendredi 24 janvier 2003 à 00h07 #7905 Modification de ce message Citer ce message
Pauvre Charlie... Était-il mysanthrope?

Milinkiewicz
Vendredi 24 janvier 2003 à 10h19 #7907 Modification de ce message Citer ce message
A l'origine,De Gaulle ne devait pas se rendre à Washington, seules quelques dirigeants devaient etre invités.Mais le dimanche soir 24/11,c'est plus de 1100 persones qu'il faut asseoir à St-Matthew.Face à la tristesse populaire,il fallait etre aux USA le 25/11/1963.
Ainsi De Gaulle "Je suis stupéfait, partout en France on pleure.C'est comme s'il avait été français, comme s'ils avaient perdu un membre de leur famille.Si le président des Etats-Unis était si cher au coeur des Français alors, le Président de la France se doit d'assister à ses funérailles."

Teigne warreniste
Samedi 25 janvier 2003 à 01h02 #7909 Modification de ce message Citer ce message
Le premier-ministre canadien John Diefenbaker, qui considérait John F. Kennedy comme un blanc bec, a pourtant, lui-aussi, assité aux funérailles... obligations diplomatiques obligent...

ouam90
Samedi 25 janvier 2003 à 13h36 #7911 Modification de ce message Citer ce message
C'est peut-être ce qui fait la différence entre un grand chef d'état et un homme politique.

Charles de Gaulle avec ses qualités et ses défauts, ne réalisait rien par ''obligation'', il représentait la France et dirigeait en fonction de ce qu'il croyait être le mieux pour son pays (à tort ou à raison n'est pas la question).

zharyus
Samedi 25 janvier 2003 à 15h08 #7912 Modification de ce message Citer ce message
J'aimerais ouvrir une petite parenthèse,
Si Kennedy aurais eu le même conducteur de limousine que Charles de Gaulle, ce Forum n'aurais jamais exsisté.

En lisant attentivement vos commentaires j'apprend beaucoup sur les relations qui existais entre de Gaulle et les présidents Américain et surtout avec Kennedy, je croyais que leurs relations étais bien meilleur.

Pensé vous que la cia aurais pu être impliqué dans l'attentat contre de Gaulle? ou tout en sachant qu'elle aurais lieu la laissée se produire ? à en croire vos commentaires la mort de de Gaulle aurais été une bonne chose pour les USA qui ne voulais pas perdre sa main sur la France

Zharyus

Teigne warreniste
Samedi 25 janvier 2003 à 15h31 #7918 Modification de ce message Citer ce message
Si De Gaule avait aussi méprisé l'aspect sécurité que Kennedy... lui aussi serait disparu dans des circonstances tragiques...


Charlie avait au moins la présence d'esprit de voyager à bord de limousines "couvertes" et blindées...

Pour Kennedy, l'aspect "politique" de la tournée au Texas l'emportait sur tout... y compris la sécurité... JFK donnait de véritables maux de tête aux gens du Secret Service.

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: De Dallas à Montréal Maurice Philipps L'Amérique fait appel... Mark Lane Dallas : l'affaire Ruby Frédéric Pottecher Marita, de Castro à Kennedy Marita Lorenz, Ted Schwarz Mort d'un président William Manchester Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...