Comment Castro a tué Kennedy
Igor Efimov
Prix: 21.85 €
Mort d'un président
William Manchester
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Quelques questions de bon sens...

10 messages

bishop
Lundi 20 janvier 2003 à 12h11 #7818 Modification de ce message Citer ce message
J'estime qu'on ne peut comprendre l'affaire Kennedy que si on la resitue au préalable dans le contexte américain de 1963:
D'abord la guerre froide... qui a failli etre très chaude en octobre 62,ou d'ailleurs la plupart des militaires US ont démontré une inconscience totale des conséquences de leurs propositions ( attaquer Cuba... );
une famille Kennedy qui a eu des relations étroites et contrastées vec la mafia;
Cuba qui est d'une importance cruciale et quasi obsidionale pour les US de 1962/63 et ou la CIA s'est considérablement impliquée;
Une CIA qui n'hésite pas à l'époque à pratiquer l'assassinat politique ( Arbenz, Lumumba; ndiem et Castro... )
Tout ceci ne contitue pas des preuves j'en conviens mais regardons
1°/la biographie "officielle" de Lee Harvey Oswald: un marine marxiste qui est promu à une base ultra-secrète au Japon , va en Union Soviétique, renonce à sa nationalité américaine puis revient aux Etats Unis marié à la nièce d'un lieutenant-colonel du MVD...
Et on ne lui dit rien? c'est insensé

2°/La thèse de la balle magique: une balle qui se promène en zig-zag, traverse 2 corps en de nombreux endroits et qu'on retrouve intact? insensé

3°/Le nombre de témoins qui ont ont vu ou senti des coups de feu tirés depuis le Grassy Knoll

4°/Les liens avérés de Jack Ruby avec la mafia, malgré ce qu'en dit la commission Warren

5°/Les constations contradictoires des médecins du Parkland Hospital et de Bethesda sur les blessures de Kennedy

Tout cela et bien d'autres choses encore invite à se poser des questions de bon sens

ouam90
Lundi 20 janvier 2003 à 20h03 #7822 Modification de ce message Citer ce message
BON SENS ?
Les 2 questions de bon sens que je me pose souvent, c'est :

- Pourquoi un scénario si habile et en même temps si friable ?
- Pourquoi Dallas ?

Ce qui apparait comme un formidable coup monté, semble bien raté pour que l'on en parle encore 40 ans après.

Je ne sais plus qui a dit : Le crime parfait c'est celui que l'on ne peut douter car on en a même pas conscience.

Autre question de bon sens, si l'écart entre les coups de feu avait-été une seconde plus court, comment LHO aurait pu être le coupable pourtant évident ?

En d'autres termes comment un complot aussi bien préparé aurait laissé au 'hasard' la question sur le nombre de coups de feux, risqué non ?

cgeourjon
Lundi 20 janvier 2003 à 23h02 #7823 Modification de ce message Citer ce message
Surtout que vu l'angle entre lee harvey oswald et black dog man, et d'après le coup fatal de Kennedy. Ca saute aux yeux que le coup de feu fatal ne vient pas du dépot de livres.
Ca prouve que la commission Warren a été trafiquée de A à Z pour faire avaler n'importe quoi.
Qu'en pense notre Warren junior ??

bishop
Mardi 21 janvier 2003 à 10h32 #7833 Modification de ce message Citer ce message
Je suis d’accord avec ouam90 sur les risques considérables pris par les assassins. Les gens qui ont fait cela devaient avoir une habitude quotidienne du risque. Mais vu le nombre d’hommes de main cubains anti-castristes, véritables fous furieux, et de mafiosi qui ont une activité elle aussi pleine de danger, impliqués dans cette histoire, cette prise de risques n’est pas si étonnante que ça.
Ca aurait pu très mal tourner je suis d’accord, comme un hold-up peut mal tourner.
Cette prise de risques maximum me fait penser que les hautes sphères des services de renseignement ou de l’armée ne sont pas directement impliqués ( trop dangereux..) . Ce qui ne veut pas dire que certains d’entre eux n’ont pas eu vent de l’affaire et ont laissé faire à la fois pour protéger leurs agents et par haine de Kennedy. Par contre un nombre limité d’opérationnels de la CIA en contact direct avec les anticastristes et les mafiosi ont participé au complot.

Pourquoi Dallas ? pourquoi pas Dallas ? Je te rappelle qu’au cours de l’automne 63 il y a eu des menaces très sérieuses sur Kennedy. D’abord en octobre à Chicago, puis début novembre un voyage à Miami a été annulé subitement pour des raisons de sécurité. Alors pourquoi pas Dallas ? c’est une ville sympathique en 1963 pour des anticommunistes/anticastristes/antikennedystes ; la police est accommodante, on ne manque pas de sympathisants et de points de chute . Si ça n’avait pas été Dallas ç’aurait été une autre ville..

Pour en venir au crime parfait ce n’est tout de meme pas le crime invisible mais un crime dont personne ( la CIA, le Gouvernement américain, et meme la famille Kennedy) n’a intérêt à rechercher les vrais coupables c’est un crime presque parfait.

Mais je suis d’accord que ce complot n’était pas si formidable parce que sa finalité était via la « biographie » de Oswald d’impliquer Castro, de monter l’opinion publique américaine contre lui et de pousser le gouvernement américain à envahir Cuba. Johnson a senti ça très vite et a coupé court à cette manœuvre en mentant lui aussi, mais pour les meilleures raisons du monde à ses yeux.
En ce sens le complot a échoué.

ouam90
Mardi 21 janvier 2003 à 20h46 #7851 Modification de ce message Citer ce message
C'est vrai c'est plausible.

Mais jusqu'où la gestion du risque a été prise en compte.

LHO bouc émissaire d'accord.
Commission Warren trafique pour protéger ces innocent Américains du monde effroyable dans lequel ils vivent, d'accord.

Mais ou bien les commanditaires ont du sacrément avoir chaud aux fesses car il s'en ait fallu de très peu ou bien avaient-ils d'autres 'fusibles'...

ça ne cadre pas avec le plan froid calculé depuis longue date et si bien mené jusqu'à l'arrestation de LHO

Et Dallas en 1963 était tout ce que tu dis, ça me semble donc trop simpliste

C'est comme moi si je faisais un coup de fil anonyme depuis mon téléphone.

En clair comme je ne pense pas qu'ls aient eu chaud aux fesses, combien de plans de rechanges avaient ils prévus ? Combien de couches les séparaient d'être découvert ?

Bye

bishop
Mercredi 22 janvier 2003 à 10h50 #7866 Modification de ce message Citer ce message
Je pense que les « assassins de Kennedy » avaient au moins 2 fusibles, et c’est là que l’intervention d’un agent de la CIA était nécessaire, et d’un rang suffisamment élevé pour etre informé des opérations « délicates » de l’agence.
C’est d’abord Oswald lui-meme et sa double biographie à peine croyable d’agent de la CIA, plus exactement de l’ONI pour répondre à Teigne Warreniste ayant travaillé comme agent provocateur en Union Soviétique pour un programme commun CIA/ONI et de militant procastriste suspect d’espionnage au profit de l’Union Soviétique.
C’est suffisant pour faire cesser toute enquete de la CIA par peur du scandale, et faire reculer le pouvoir politique par peur d’une 3ème guerre mondiale.
Le deuxième fusible est l’infiltration et le retournement du programme ZR/Rifle qui est le programme d’assassinats politiques de la CIA révélé par la Commission Church de 1975. Ce programme a d’ailleurs été initié par les frères Kennedy et était supervisé par Bobby (pour autant qu’il soit possible de superviser des opérations secrètes, par définition secrètes).
Cette infiltration présentait un double avantage :
1°/ d’abord de s’entrainer quasi militairement pour cette opération qui nécessitait un timing extrèmement précis des tirs comme le dit justement ouam90. Et ce à l’abri de toute investigation du FBI ou d’un service de police puisqu’ils travaillaient officiellement pour une opération secrète du gouvernement.
Au moment meme de l’assassinat, 22/11/63, un responsable de la CIA, Desmond FitzGerald, chef de la Special Affairs Section (SAS), l’unité centrale en charge des opérations anti-Castro, et se présentant comme un envoyé de Bobby Kennedy rencontrait à Paris un nommé Rolando Cubela, proche de Castro pour lui fournir un stylo cachant une aiguille remplie de Blackleaf 40, un poison mortel ; et surtout il lui promettait la livraison prochaine d’un fusil avec lunette télescopique à Cuba-meme. Ce fait a été révélé par la Commission Church de 1975. Il se peut que la date de la rencontre soit une coincidence, c’est meme vraisemblable. Mais on voit l’ampleur du programme d’assassinat de Castro. Toujours d’après la Commission Church, pas moins de 8 complots ont été ourdis par la CIA contre Castro. Et avec qui ? Johnny Roselli, Sam Giancana et Santos Trafficante. L’avantage d’utiliser la mafia pour ces missions sensibles était, outre les contacts anciens de la mafia américaine avec le « milieu » cubain, de procurer une couverture crédible en cas de pépin. Toujours l’utilisation du« plausible denial »… Tout ça c’est le programme ZR/Rifle : tuer Castro avec l’aide la mafia et des cubains anticastristes.

Mais quand Kennedy change de politique début 63 :
C’est à dire un début de dégel avec Cuba d’un coté et un changement d’hommes ( Harvey en charge de ses affaires à la CIA jusque-là est remplacé par FitzGerald, un proche de Bobby) et la décision de ne plus s’en remettre autant à la mafia pour ce genre de choses. Mais ce genre de décision est difficile à faire accepter par ce genre d’hommes… et ça donne ce que nous savons..

On voit que ZR/Rifle est un remarquable fusible, il permet l’entrainement militaire des comploteurs, sans doute une partie du financement, interdit à la CIA toute enquete qui pourrait révéler ses «dirty tricks » et interdit à Bobby Kennedy toute initiative qui révélerait ses liens avec des pratiques douteuses et mettrait à mal son image de « saint libéral ».

Quant à l’histoire du « coup de fil anonyme depuis son propre téléphone » de ouam90, c’était précisément l’intention des comploteurs : laisser une claire trace très claire pour la CIA pour lui interdire toute initiative. C’est un peu l’équivalent dans l’assassinat de la lettre volée d’Edgar Allan Poe…

ouam90
Mercredi 22 janvier 2003 à 21h59 #7886 Modification de ce message Citer ce message
Brrrr

Décidément entre Nicolas B. et toi vous faîtes vraiment froid dans le dos !!

Merci pour tout ça

Heureusement quand même qu'à chaque fois qu'un président contredit ou contrarie une ''association'', il ne se retrouve pas ad patres

bishop
Jeudi 23 janvier 2003 à 11h21 #7894 Modification de ce message Citer ce message
Une petite question: qui est Nicolas B? Katzenbach?

ouam90
Vendredi 24 janvier 2003 à 22h18 #7908 Modification de ce message Citer ce message
Ah, oui

Il est de chez nous sur le site, la photo le représentant est Richard Helms, et sur un des autres fils de ce forum j'avais posé à peu près les mêmes questions, et ces explications comme les tiennes et celles de beaucoup sur ce forum (chapeau bas d'ailleurs au fil De Gaulle/Kennedy qui mène haut les débats !) étaient très bien argumentées.

Et en même temps effrayantes...

Bye

Personne
Mardi 1er juin 2004 à 00h31 #10390 Modification de ce message Citer ce message
Je ne pense pas que Dallas soit si "raté" que ça. Au contraire même, le complot a parfaitement réussi puisque tous les moyens officiels d'investigation ont servis soit à ignorer à écarter à modifier ou à détruire des documents qui pouvaient la thèse d'un complot.
A partir du moment ou ce dernier a pris les rênes du pouvoir, comment pouvait il en être autrement?
La phase la plus délicate de l'opération s'est déroulée durant la prise de serment de Lyndon Johnson. une fois celle ci effectuée s'était terminée.
Ils ont le pouvoir, la puissance et l'assentisement du peuple. comment leur résister?

Les américains ont toujours eu trop confiance peut être dans leurs institutions. Enfin la situation internationale alors très préocupante a poussé les américains comme d'habitude a se serrer les coudes et faire bloc patriotique. Problème, cette union se fait autour de valeurs dont les institutions ne sont plus les garantes depuis longtemps puisque tomber dans les mains de promoteurs du coup.
Le danger est à l'intérieur pas à l'extérieur

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: La fausse énigme de Dallas Armand Moss Les roses rouges de Dallas Nerin E. Gun Le jour où Kennedy fut assassiné Luc Bernières Le temps du souvenir Rose Kennedy John F. Kennedy Claude Moisy Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...