Jackie
David Heymann
Prix: 17.00 €
Marylin Monroe, enquête sur un assassinat
Don Wolfe
Prix: 7.00 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Et si c'était Castro ?

Messages 0 à 20 sur 81 [ 0-1-2-3-4 ]

Sam
Mercredi 16 octobre 2002 à 22h54 #7160 Modification de ce message Citer ce message
Bonsoir,

voilà je me posait la question suivante,
Et si Fidel Catsro avait engagé des cubains et leur avais demandé de tué Kennedy? Lui avait un mobile déjà il dut retiré les missiles de Cuba que les soviète avait apporté de plus il y eut pleins de petites tensions entre les deux hommes... donc si vous avez des suggestions à faire n'hésiter surtout pas à en faire.

Byzoo

KAISOU
Mercredi 16 octobre 2002 à 23h32 #7161 Modification de ce message Citer ce message
Effectivement Sam cela pourrait etre un mobile.

Neanmoins moi je n'y crois pas vraiment a titre personnel.

En effet il y eu beaucoup de frictions entre Kennedy et le "Barbu", avec le paroxysme atteint avec la Crise des Missiles en 1962 et la Baie des Cochons le 17 avril 1961.

Ok Kroutchev a retiré ses missiles offensifs a moyenne portée, mais Kennedy l'a assuré qu'il ne toucherait pas a Cuba en contrepartie ( plus le retrait des missiles americains de Turquie en plus ).

Je pense au contraire que l'on se serait dirigé progresivement vers une "détente" , meme si l'idée d'envahir l'ile torturait toujours Bobby, et que c'etait le vif souhait de l'état major de l'époque...
Je pense a contrario que l'abandon d'une invasion proche ou immediate de l'ile a profondemment decus l'etat major mais surtout les anticastristes ( deja qu'ils avaient la Baie des Cochons entre la gorge suite au refus de Kennedy de leur octroyer un appui aérien digne de ce nom ..)

Je ne dis pas que ce sont eux qui furent les decisionnaires d'un eventuel complot, simplement qu'ils auraient pu faire partie du bras armé de celui ci, par exemple qu'il y eut quelques anticastristes parmi les tireurs ce jour la sur Dealey Plaza.

Les anticastristes qui taxerent Kennedy de laxisme vis a vis du Communisme ( Castro et Kroutchev )ne furent pas les seuls tant les decisions de Jack notamment sa relative prudence pendant la crise des Missiles furent soumises aux pressions des Generaux LeMay et Lemmnitzer, le pressant de donner l'ordre d'envahir l'Ile..

That was my personal opinion...Bye Sam :-)

Teigne warreniste
Jeudi 17 octobre 2002 à 03h39 #7163 Modification de ce message Citer ce message
Castro avait encore une meilleure raison de faire descendre Kennedy: la vengeance!

Vous oubliez que le gouvernement américain, sous Kennedy, a tout fait pour renverser ou faire tuer Castro? Castro n'avait-il pas lançé un avertissement sans équivoque aux autorités américaines le 7 septembre 63? Et la main qui a descendu JFK le 22 novembre n'était-elle pas télécommandée de La Havane?

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 13h20 #7164 Modification de ce message Citer ce message
Récemment, Castro avait déclaré qu'il n'avait aucune raison de faire assassiner Kennedy : il préfèrait l'avoir à la Maison-Blanche que n'importe qui d'autre. Par ailleurs, un journaliste français (me semble-t-il) était avec Castro le 22 novembre 1963 et a témoigné avoir vu Castro très affecté et surtout très apeuré par l'assassinat de Kennedy.

Or, comme le dit méchant.bobo, Castro avait menacé Kennedy de représailles si les américans continuaient à essayer de les renverser.

La résolution de la crise des missiles constituait-elle une réelle détente ? Officiellement, peut-être. Mais en secret, l'administration de Kennedy essayait toujours de faire renverser Castro : Robert et John Kennedy voulaient activement se débarrasser de Castro.

Alors, pour répondre à ta question, Sam, Castro avait de bonnes raisons de faire assassiner Kennedy. Mais avait-il les moyens logistiques ? Il aurait fallu pour cela d'importants appuis locaux, car il ne fait aucun doute que s'il y avait le moindre soupçon que Castro était là-dessous, l'île aurait été balayée de la carte.

Ceci dit, une remarque : Johnson aurait-il risqué une guerre nucléaire pour venger Kennedy ?

Teigne warreniste
Jeudi 17 octobre 2002 à 18h46 #7165 Modification de ce message Citer ce message
Castro avait les moyens de faire descendre JFK... Tout ce que ça prend c'est un sniper motivé pour le faire et un bon point de tir...

Et Ozzie, un marginal d'extrême-gauche, a fait ça gratuitement pour son Lider Maximo bien-aimé!

N.B.: Quand on est à l'"extrême" de l'échiquier politique, la différence entre un leader *démocratique* et un *fasciste* devient subtile. Je suis sûr qu'un troskyste français ne fait pas de différence entre Jacques Chirac et Jean-Marie LePen... "du pareil au même" vous diront-ils... Pour Ozzie la différence entre JFK et le général Walker devait être "subtile"... Les 2 étaient anti-communistes et voulaient se débarasser de Castro à Cuba... tête de pont du communisme dans l'hémisphère américain.

Sam
Jeudi 17 octobre 2002 à 18h58 #7166 Modification de ce message Citer ce message
Castro pouvait toujours trouver un appuis auprès de l'URSS il ne faut pas l'oublier ça... en plus l'URSS aussi avait une dent contre Kennedy alors ont peut aussi pensé qu'ils se soient assossier..... rien que pour le 22 novembre 63.

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h19 #7167 Modification de ce message Citer ce message
Sam, si Kroutchev avait voulu se débarrasser de Kennedy, crois-tu qu'il aurait attendu le 22 novembre 1963 ?

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h19 #7168 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 18:46, Teigne warreniste a écrit: Castro avait les moyens de faire descendre JFK... Tout ce que ça prend c'est un sniper motivé pour le faire et un bon point de tir...

... et surtout de quoi nier son implication ; Castro n'était pas suicidaire...

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h25 #7169 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 18:46, Teigne warreniste a écrit: Et Ozzie, un marginal d'extrême-gauche, a fait ça gratuitement pour son Lider Maximo bien-aimé!

Peut-être, mais ne crois-tu pas dans ce cas que les anti avaient + de raison d'assassiner Kenndy que les pro-castristes ?

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h25 #7170 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 18:46, Teigne warreniste a écrit: Quand on est à l'"extrême" de l'échiquier politique, la différence entre un leader *démocratique* et un *fasciste* devient subtile. Je suis sûr qu'un troskyste français ne fait pas de différence entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen... "du pareil au même" vous diront-ils...

Ce n'est pas ce qu'ils disaient le 21 avril 2002 à 20 heures...

So What
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h49 #7171 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 03:39, Teigne warreniste a écrit: Et la main qui a descendu JFK le 22 novembre n'était-elle pas télécommandée de La Havane?

Arf, ce n’est donc pas celle d’un lone-nut killer ??? :-D

Mais si la main a été télécommandée... il y a forcément eu complot !

So What
Jeudi 17 octobre 2002 à 19h54 #7172 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 18:46, Teigne warreniste a écrit: N.B.: Quand on est à l'"extrême" de l'échiquier politique, la différence entre un leader *démocratique* et un *fasciste* devient subtile. Je suis sûr qu'un troskyste français ne fait pas de différence entre Jacques Chirac et Jean-Marie LePen... "du pareil au même" vous diront-ils...

L’actualité récente, l’entre-deux tours de l’élection présidentielle en France, témoigne du contraire...

Citation: Pour Ozzie la différence entre JFK et le général Walker devait être "subtile"... Les 2 étaient anti-communistes et voulaient se débarasser de Castro à Cuba... tête de pont du communisme dans l'hémisphère américain..

C’est encore une fois un procès d’intention.
Ozzie était sans doute cinglé mais il n’était pas con...

payoulo
Jeudi 17 octobre 2002 à 20h05 #7174 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 19:49, So What a écrit: Arf, ce n’est donc pas celle d’un lone-nut killer ??? :-D

Mais si la main a été télécommandée... il y a forcément eu complot !

Nicolas Bernard
Jeudi 17 octobre 2002 à 20h56 #7177 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-16 22:54, Sam a écrit:
Bonsoir, voilà je me posait la question suivante,
Et si Fidel Catsro avait engagé des cubains et leur avais demandé de tué Kennedy? Lui avait un mobile déjà il dut retiré les missiles de Cuba que les soviète avait apporté de plus il y eut pleins de petites tensions entre les deux hommes... donc si vous avez des suggestions à faire n'hésiter surtout pas à en faire.


Castro n'a pas fait tuer Kennedy. Il était certes exalté par moments, mais pas malade à ce point. Les risques, pour une telle opération, étaient énormes - et il savait bien qu'il ferait partie des suspects, au vu du contexte. Jamais l'URSS - Khrouchtchev était encore au pouvoir, ne l'oubliez pas - ne l'aurait soutenu dans une telle initiative. Castro était au pouvoir depuis trop de peu de temps pour lancer des tueurs aux trousses du Président des Etats-Unis. Il devait avant toute chose penser à consolider sa propre prééminence, consolider son système, mettre définitivement au pas les éventuels futurs adversaires, ainsi que la police secrète et les services de renseignements. En 1963, Castro n'avait nullement les moyens de mettre au point un projet aussi dément.

De même, la thèse de la culpabilité de Castro (qui ne repose sur rien) cadre mal avec la bonne volonté manifestée par les Cubains face aux enquêtes effectuées sur l'assassinat de JFK, bonne volonté qui va de la collaboration ouverte avec le HSCA aux contacts pris avec entre gradés des services de renseignements cubains et chercheurs. Si vraiment le Lider Maximo avait quelque chose à se reprocher, pourquoi faire preuve d'une telle imprudence ? Il y a toujours un risque à ouvrir ses archives et faire parler les pontes du régime. Un document "oublié" peut refaire surface. Un mot de trop peut être lâché. Un officier du Renseignement peut demander tout à coup à passer à l'Ouest...

Comment expliquer également que rien, strictement rien n'ait transpiré à la fois de Cuba et des services de renseignements américains (CIA, FBI, NSA...) ? L'on aurait pu s'attendre à dénicher un rapport quelconque établissant la culpabilité castriste. Au lieu de cela, ce n'est, lorsque Cuba est évoqué, qu'une suite de suppositions. Johnson avoue en 1969 qu'il estime la piste castriste valable, sans nous en fournir ses raisons - sans doute tient-il déjà à se démarquer au regard de l'Histoire, en avouant avant sa mort qu'il ne croit pas non plus à la fable warreniste. Juste après l'assassinat de Kennedy, Hoover tend dans un premier temps à accabler La Havane, mais il agit sans doute par anticommunisme et désir de camoufler les véritables responsables de même que ses propres bourdes. Si la culpabilité du Lider Maximo avait été prouvée, les Américains auraient réédité la Baie des Cochons, avec un final différent et pas mal d'effets spéciaux supplémentaires. Les Soviétiques auraient été mis dans l'obligation de s'écraser.

De manière générale, l'on recense une énorme incohérence dans la thèse faisant de Castro le commanditaire de l'assassinat. Ce dernier, nous dit-on, aurait agi "par vengeance" : il n'aurait pas apprécié les tentatives de meurtres opérées par la CIA sur ordre de la Maison-Blanche... Donc, il sait qu'il est sur le tableau de chasse de Langley. Il sait que des agents veulent le supprimer. Et ce type est suffisamment inconscient pour offrir un mobile en or à ceux qui veulent sa perte en faisant abattre un Président qui dans le même temps cherche à négocier avec lui ??? En somme, pour se venger d'avoir été la cible de la CIA, il... signerait son arrêt de mort ?

Certes, lors de la crise des missiles, Castro s'est quelque peu lâché, exigeant de Khrouchtchev une offensive nucléaire en règle sur les Etats-Unis, quitte à se détruire lui-même. C'était, cela dit, en octobre 1962, au plus fort de la crise, et à cette date, Fidel pouvait (ou croyait pouvoir) encore compter sur le Kremlin pour pareille stratégie, ce qui n'était plus le cas en 1963 et pour un enjeu aussi fort que l'élimination physique du plus charismatiques des leaders du "monde libre". Ajoutons à cela que Castro est le dernier dictateur communiste vivant de la Guerre Froide. Contre vents et marées, il a tenu. Il a tenu en 1961, il a tenu en 1962, il a tenu en 1963, il a tenu ensuite, même avec l'embargo, même avec la crise économique, même avec le gouffre militaro-financier qu'a été l'expédition en Angola, il a tenu malgré les révélations sur le trafic de drogue, il a tenu malgré les innombrables conjurations de palais, il a tenu même avec la chute de l'URSS. Face à une telle longévité, et de manière générale, face à la biographie de l'homme, je ne peux me résoudre à admettre qu'il ait été suffisamment crétin pour sacrifier bêtement ses chances dans une opération qui, au reste, aurait pu échouer... Parce que prétendre que Castro aurait misé une vengeance aussi lourde de conséquences sur un type comme Oswald, le supertueur des marines, navré, mais là ce n'est plus de l'irrationnel, c'est du délire total !

Nicolas Bernard
Jeudi 17 octobre 2002 à 21h10 #7178 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 13:20, payoulo a écrit: Récemment, Castro avait déclaré qu'il n'avait aucune raison de faire assassiner Kennedy : il préfèrait l'avoir à la Maison-Blanche que n'importe qui d'autre. Par ailleurs, un journaliste français (me semble-t-il) était avec Castro le 22 novembre 1963 et a témoigné avoir vu Castro très affecté et surtout très apeuré par l'assassinat de Kennedy.

Exact. Le journaliste en question s'appelait Jean Daniel, de l'Express. C'est un des piliers du journalisme français de la seconde moitié du XXe siècle.

Citation: Or, comme le dit méchant.bobo, Castro avait menacé Kennedy de représailles si les américans continuaient à essayer de les renverser.

Khrouchtchev a dit un jour, s'adressant à l'Occident : "Nous vous enterrerons." Et après ? La phrase a été recyclée dans une chanson de Sting...

D'ailleurs, où est-il, ce fameux discours de Castro ? Qu'en est-il exactement, de son contenu ?

Citation: La résolution de la crise des missiles constituait-elle une réelle détente ? Officiellement, peut-être. Mais en secret, l'administration de Kennedy essayait toujours de faire renverser Castro : Robert et John Kennedy voulaient activement se débarrasser de Castro.

Non. Des manoeuvres diplomatiques ont été menées en coulisses pour neutraliser l'espace cubain. Certes les deux Kennedy ont laissé la CIA développer leurs projets d'assassinat ou de renversement, et après ? Il fallait donner le change aux anticastristes de Washington. Je reste persuadé que Robert Kennedy, sur l'instigation de son frère, a joué double-jeu avec la CIA. D'ailleurs, ces magouilles pouvaient constituer certaine pression sur Castro : vous voyez, on a encore les moyens de vous flinguer, alors mieux vaut négocier, vous avez tout à gagner et rien à y perdre...

Johnson également a laissé la CIA monter des actions contre Castro. Castro en est-il mort ? Non.

Citation: Alors, pour répondre à ta question, Sam, Castro avait de bonnes raisons de faire assassiner Kennedy. Mais avait-il les moyens logistiques ? Il aurait fallu pour cela d'importants appuis locaux, car il ne fait aucun doute que s'il y avait le moindre soupçon que Castro était là-dessous, l'île aurait été balayée de la carte.

Ouaip.

Citation: Ceci dit, une remarque : Johnson aurait-il risqué une guerre nucléaire pour venger Kennedy ?

Bien sûr. Il en a risqué une avec la Chine et l'URSS au Vietnam.

Ce n'était pas simplement une question de vengeance, mais de Justice et surtout... d'amour-propre. Quoi ?! Un petit dictateur se permet de zigouiller le chef d'Etat le plus puissant de la planète, et l'Amérique s'abstiendrait de réagir ! Impossible. Johnson avait beau être pragmatique, il n'aurait pas pu agir autrement que détruire le castrisme. Surtout quand les militaires réclamaient une telle initiative, ainsi que Hoover.

Teigne warreniste
Jeudi 17 octobre 2002 à 22h20 #7179 Modification de ce message Citer ce message
1) C'est Jean Daniel qui a demandé à rencontré Kennedy, et la rencontre s'était faite via Ben Bradlee de Newsweek. L'initiative fut encouragée par Attwood.

2) Fidel Castro a utilisé le journaliste canadien Daniel Harker de l'AP pour envoyer un message sans équivoque aux Kennedy (à l'ambassade du Brésil à La Havane)... et le message était plutôt menaçant...

3) le 22 novembre 63, à Paris, à midi (heure locale), un émissaire (Desmond Fitzgerald) de la CIA rencontre Rolando Cubela (alias AMLASH) un proche de Castro, le but: préparer le renversement du régime communiste à La Havane...

4) En dépit des engagements US à ne pas envahir Cuba au lendemain de l'affaire des missiles, l'administration Kennedy n'a pas cessé de travailler au renversement du régime Castro, mais cette fois de l'intérieur: encourager un coup d'État à La Havane.

Teigne warreniste
Jeudi 17 octobre 2002 à 22h22 #7180 Modification de ce message Citer ce message
Ozzie était suffisament fanatique et radical pour avoir descendu le "fasciste" de Kennedy...

KAISOU
Jeudi 17 octobre 2002 à 22h36 #7181 Modification de ce message Citer ce message
Je vois que ce sujet a reveillé nos vieilles ardeurs et a fait repartir ce forum de la maniere la plus positive qui soit.. :-)

Je suis de l'avis de Nico, Castro etant en place depuis 1959 et essayant de commencer a exporter la Revolucion ne pouvait pas ce permettre de cautionner ni de manigancer une telle operation.

Moi en tout cas je n'y crois pas une seule seconde, sachant que l'assassinat de Dallas l'a affecté un tant soit peu, il se demandait meme ce qu'il allait arriver a son Ile chérie apres...

Pour moi je vois l'hostilité beaucoup plus du cote des anticastristes , pour qui la "trahison" du 17 avril 1961 dans la baie des cochons ainsi que la fermeture des camps d'exiles cubains entrainés par des mercenaires americains et chapeautes par la CIA et le FBI (a la Ferrie? ), furent des pilules tres lourdes a avaler.

Castro etait peut etre extremiste et vindicatif par moment (les anticastristes etaient au moins aussi excites ) , mais de la a armer un guet apens le 22 novembre 1963 a Dallas, franchement non je ne crois pas.

So What
Jeudi 17 octobre 2002 à 22h48 #7186 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 21:10, Nicolas Bernard a écrit: D'ailleurs, où est-il, ce fameux discours de Castro ? Qu'en est-il exactement, de son contenu ?

«United States leaders should think that if they are aiding terrorist plans to eliminate Cuban leaders they themselves will not be safe.» déclarait l'ami Fidel le 7 septembre 1963 à un correspondant de l'Associated Press. L'interview fut édité sur trois colonnes en page 7 du Times-Picayune de la Nouvelle-Orleans daté du 9 septembre 1963...

Dans son "Discours au Congrès des Femmes de toute l'Amérique" du 16 janvier 1963, Fidel avait déjà donné le ton: «Nous n'avons pas confiance dans les paroles de Kennedy, il n'a d'ailleurs pas donné sa parole. Et même s'il l'a donné, il l'a déjà reprise! (...) Depuis que Kennedy a pris la parole à l'Orange Bowl, les agents de l'impérialisme ont commis quatre assassinats... Qu'avons-nous répondu? (...) Lorsqu'il s'est adressé aux mercenaires à l'Orange Bowl, il leur a dit qu'il lui remettrait lui-même, à La Havane, le drapeau mercenaire! (...) Ils montrent par la l'âme de gangsters et de pirates qui est celle des gouvernants yankees! Point n'est besoin d'accumuler les preuves. Voilà les paroles et voilà les faits. C'est d'ailleurs pourquoi nous pouvons affirmer que si l'on a su éviter la guerre - ce qui est bon - on n'a pas pour autant gagné la paix - ce qui est mauvais. Voila où nous en sommes!»
Castro speech at the Closing of the Congress of Women of the Americans
(traduction française: Discours de Fidel Castro, révolution cubaine vol II - Petite Collection Maspero)

Le fait est que, si pour des raisons évidentes énoncées plus haut, l'hypothèse castriste ne semble guère plausible, Fidel Castro avait laissé entrapercevoir certains signes de nervosité qui auraient pu donner lieu à une toute autre interprétation que la thèse simpliste du lone-nut killer pour l'assassinat de Kennedy...

Nicolas Bernard
Jeudi 17 octobre 2002 à 22h54 #7187 Modification de ce message Citer ce message
Citation: Le 2002-10-17 22:20, Teigne warreniste a écrit: 1) C'est Jean Daniel qui a demandé à rencontré Kennedy, et la rencontre s'était faite via Ben Bradlee de Newsweek. L'initiative fut encouragée par Attwood.

Et acceptée... par Kennedy.

Jean Daniel n'était pas n'importe qui. Ce journaliste était (et demeure) particulièrement réputé. Un émissaire de choix pour le régime cubain. Si Kennedy avait réellement souhaité abattre Castro, aurait-il risqué le discrédit qui n'aurait pas manqué de rejaillir sur lui ? Jean Daniel l'aurait éreinté. Et Bradley également - tous amis qu'ils étaient.

Citation: 2) Fidel Castro a utilisé le journaliste canadien Daniel Harker de l'AP pour envoyer un message sans équivoque aux Kennedy (à l'ambassade du Brésil à La Havane)... et le message était plutôt menaçant...

Parlons-en, de cette rencontre. Selon Harker, et l'intégralité de la presse qui a repris l'information - vraiment crétin, le Castro, d'avouer qu'il va éliminer Kennedy deux mois avant Dallas... -, le Lider Maximo aurait effectivement proféré une menace : "United States leaders should think that if they assist in terrorist plans to eliminate Cuban leaders, they themselves will not be safe." Et Castro de se moquer des tentatives de la CIA de soulever le peuple contre lui : "Ils peuvent toujours rêver !"

Mais Castro a-t-il effectivement tenu ces propos ? Ce n'est pas ce qu'en dit Fabian Escalante, aux dires duquel Castro aurait plutôt mis en garde Kennedy contre un éventuel dérapage des actions anticastristes : "American leaders should be careful because [les opérations anticastristes] were something nobody could control."

On peut rester sceptique. Après tout, Escalante est l'un des pontes de la Communauté de Renseignements cubaine et il a intérêt à couvrir son patron.

Il se trouve que la déclaration du dictateur communiste n'est pas passée inaperçue, loin de là, et qu'elle a même suscité une conférence en date du 12 septembre 1963 au sein de la Commission de Coordination Interagences des affaires cubaines américaine, instance dirigée par un membre du Département d'Etat et en charge des actions de couverture en matière cubaine. Cette Commission a estimé qu'il était improbable que les Castristes s'attaquent à des dirigeants américains. Par contre - et c'est bien ce qui s'est passé -, ils s'attendaient à une recrudescence de la guérilla communiste en Amérique latine, et à un soutien plus marqué à son égard de la part de La Havane.

Citation: 3) le 22 novembre 63, à Paris, à midi (heure locale), un émissaire (Desmond Fitzgerald) de la CIA rencontre Rolando Cubela (alias AMLASH) un proche de Castro, le but: préparer le renversement du régime communiste à La Havane...

On en a déjà parlé sur ce forum. J'ai dit ce que j'en pensais.

Citation: 4) En dépit des engagements US à ne pas envahir Cuba au lendemain de l'affaire des missiles, l'administration Kennedy n'a pas cessé de travailler au renversement du régime Castro, mais cette fois de l'intérieur: encourager un coup d'État à La Havane.

Et au même moment, des initiatives de dégel s'amorçaient... J'ai déjà expliqué pourquoi je pensais que Kennedy était sincère, en l'occurrence. Au moins pour cette raison : parce qu'il n'avait simplement pas le choix. Renverser Castro (le tuer ou le faire coffrer) lui aurait valu une réplique nucléaire des Soviétiques. Ou du moins, un coup de force du Kremlin sur Berlin-Ouest. Khrouchtchev, à qui l'on reprochait sa "lâcheté" suite à à la crise des fusées, n'aurait pu laisser faire...

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: L'affaire Kennedy Thierry Lentz Mort d'un président William Manchester Le Rapport Epstein Edward Jay Epstein Les assassins de Kennedy Thomas Buchanan Le jour où Kennedy fut assassiné Luc Bernières Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...