John et Jackie, mythes et scandales
Christopher Andersen
Prix: 19.95 €
Jackie : Images d'une vie
Pierre-Henri Verlhac, Yann-Brice Dherbier
Prix: 42.75 €
S'identifier
inscription
Contacter le Webmaster

This website in english
Livres - Meilleures ventes
Michael Drosnin
Billie Sol Estes, William Reymond
Thierry Lentz
Jacques Legrand (collectif)
William Reymond

Forum
[ Fils - Stats ]
15 janvier 2005 à 21h35
2 mars 2005 à 18h06
6 août 2001 à 22h19
25 août 2004 à 01h35
27 janvier 2004 à 09h02

Revues sur l'assassinat

L'étrange suicide du treizième témoinMort de KennedyOswald n'a pas tiréLe mystère KennedyLe Mystère Kennedy

Photos

Chronologie

Décès de Fletcher Prouty
Mardi 5 juin 2001
16 millions de dollars pour...
Vendredi 16 juillet 1999
3000 pages de l'autopsie dé...
Dimanche 2 août 1998
George W. Hickey débouté
Lundi 29 septembre 1997
Les dossiers de J. Lee Rank...
Jeudi 3 juillet 1997
George W. Hickey porte plainte
Vendredi 21 avril 1995
Décès de Jackie Kennedy
Jeudi 19 mai 1994
Sortie aux USA du film "JFK"
Vendredi 20 décembre 1991

Deep Throat

Messages 0 à 20 sur 24 [ 0-1 ]

So What
Lundi 17 juin 2002 à 00h20 #4283 Modification de ce message Citer ce message
30 ans déjà... on peut dire que c’était l’bon temps...

Dans la nuit du 16 au 17 juin 1972, Franck Wills, agent de sécurité au complexe immobilier du Watergate à Washington DC, appelle la police après s’être aperçu de la présence de cambrioleurs à l’intérieur d’un des immeubles.

Cinq hommes sont arrêtés à 2h30 du matin alors qu’ils étaient en train de trafiquer le matériel de surveillance à l’intérieur des locaux du Parti Démocrate:
«ils portaient des costumes de ville et des gants de chirurgien en caoutchouc synthétique. Les policiers qui les ont fouillés ont saisi 1 walkie-talkie, 40 rouleaux de pellicule vierge, 2 caméras de 35 mm, des pinces-monseigneur, des lance-gaz lacrymogènes de la taille d’un stylo et des microphones capables semble-t-il de capter les conversations téléphoniques aussi bien que les conversations normales.»
(Woodward et Bernstein - Les Fous du Président)
[ Lien Web ]

Le samedi 17 juin au matin, le Washington Post envoie l’un de ses plus jeunes journalistes, Bob Woodward, pour couvrir l’affaire. Celui-ci se rend l’après-midi même au tribunal pour la comparution des accusés et découvre alors leurs identités, ce sont deux cubains et trois américains: Virgilio Gonzalez, Eugenio Martinez, Bernard Barker, James W. McCord et Frank Sturgis.

«Le juge, James A. Belsen, les interroge sur leur profession. L’un d’eux répond qu’ils sont “anticommunistes” et les autres approuvent d’un signe de tête. Le juge pourtant accoutumé à recevoir de curieuses réponses sur ce chapitre là, prend l’air perplexe. Il demande à l’un des suspects, le plus grand, et qui dit s’appeler James W. McCord Jr de s’avancer. C’est un homme à la calvitie naissante, au large nez plat, à la mâchoire carrée et aux dents éclatantes; son expression bienveillante détonne au milieu de ce visage rudement taillé.
Le juge lui demande quelles sont ses occupations.
“Conseiller en matière de sécurité, répond-il.
- Où ? demande le juge
McCord répond d’une voix douce et traînante qu’il a récemment quitté l’administration. Woodward vient s’installer au premier rang et se penche en avant.
- Quelle branche de l’administration ? demande le juge.
- La C.I.A.” murmure McCord.
Le juge tique légèrement.
“Sainte m***** ! s’exclame Woodward à mi-voix, la C.I.A. !”»

(Woodward et Bernstein - Les Fous du Président)

La direction du Post décide d’associer à Bob Woodward un jeune chroniqueur politique issu de la contre-culture et de grand talent, Carl Bernstein. Surmontant leurs réticences réciproques à travailler ensemble, les deux hommes mèneront l’une des enquêtes journalistiques les plus explosives de tous les temps qui aboutira, le 8 août 1974, à l’annonce télévisée de la démission du 37e Président des Etats-Unis, Richard M. Nixon.

Premier article sur le Watergate signé Woodward et Bernstein et publié par le Washington Post, le lundi 19 juin 1972:
GOP Security Aide Among 5 Arrested in Bugging Affair
(By Bob Woodward and Carl Bernstein - Washington Post Staff Writers - June 19, 1972)

[ Lien Web ]
Tout au long de son investigation, Bob Woodward est guidé par un mystérieux personnage qu’il prend l’habitude de rencontrer en pleine nuit dans des parkings: Deep Throat.

Woodward a toujours refusé de dévoiler la véritable identité de son indicateur et depuis 30 ans, les spéculations vont bon train...
Dans le désordre sont soupçonnés des membres de l’administration Nixon comme Alexander Haig ou Henry Kissinger, des officiels de la CIA comme Cord Meyer ou William Colby ou bien des agents du FBI comme L. Patrick Gray ou W. Mark Felt. Ce pourrait tout aussi bien être une femme ou un personnage composite...

L'affaire du Watergate par le Washington Post

Watergate Revisited par le Washington Post

watergate.info

The Legacy of Watergate par CNN

Nixon Era Times

La lettre de Gordon Liddy

The Unmasking of Deep Throat par the Washingtonian online


Dans un nouveau livre (payant) distribué en pdf sur internet, “Deep Throat - Fact or Fiction”, l’attorney Thomas O’Malley démonte (parait-il) les mythes et révèle une version un peu décevante: le vrai Deep Throat ne serait que Joseph A. Lowther, l’un des assistants du juge John Sirica qui a instruit l’affaire du Watergate:
Thirty Years after Watergate

[ Lien Web ]
John Dean - 25 juin 1973
Mais ce lundi 17 juin 2002 s’annonce particulièrement croustillant car c’est au tour de John Dean, l’ancien conseiller de la Maison-Blanche (chargé par Nixon de faire obstacle à l’instruction judiciaire, il a fini par avouer le 25 juin 1973 que le Président était impliqué dans la cover-up du Watergate depuis le début de l’affaire, et fut lui-même condamné à quatre mois de prison ferme), de livrer sa version et de démasquer Deep Throat, en exclu sur le web...
Salon.com: Unmasking Deep Throat

_________________

Qui lui a dit que Hunt faisait une enquête sur Kennedy ?
(Bob Woodward & Carl Bernstein: Les Fous du Président)

So What
Lundi 17 juin 2002 à 23h47 #4285 Modification de ce message Citer ce message
Ca y est, le livre est en vente et comme d’hab’ les américains sont bien les rois de la publicité...

John Dean n’a pas vraiment découvert l’identité de Deep Throat mais avec ses propres déductions, propose quelques noms pour le jeu de piste...

"Unmasking Deep Throat": interview de John Dean (Salon.com)

What if Deep Throat was a lawyer ? by John W. [ Lien Web ]
Dépêche du 17 juin de l’Associated Press:

Trente ans après le Watergate, l'identité de "Gorge profonde" reste un mystère.

WASHINGTON (AP) - En 1972, deux jeunes reporters du "Washington Post" sortaient un "scoop" qui allait provoquer la chute du président Richard Nixon. Trente ans après, les Américains s'arrachent toujours les cheveux: qui est donc "Gorge profonde", la source anonyme qui dans l'obscurité d'un parking souterrain mit Bob Woodward et Carl Bernstein sur la piste du scandale du Watergate?

Un énième livre sur le sujet, "Unmasking Deep Throat" (Gorge profonde démasquée), vient d'être publié en édition électronique: John Dean, un des plus proches conseillers de Nixon, qui à l'époque joua les fusibles, n'en sait toujours pas plus, mais affirme avoir réduit à "un doigt" les possibles identités de la source anonyme la plus célèbre de la planète.

Le tandem Woodward-Bernstein, lui, reste muet, fidèle à un silence obstiné, et au principe journalistique absolu de la protection des sources. Leur plongée dans les entrailles obscures de la présidence Nixon leur valut le prix Pulitzer.

Avec nombre d'autres protagonistes du scandale du Watergate, ils étaient dimanche sur toutes les chaînes de télévision américaines, à l'occasion du trentième anniversaire de ce qui allait se révéler le plus grand scandale politique à frapper les Etats-Unis.

Dans la nuit du 17 juin 1972, d'étranges "plombiers" équipés d'électronique dernier cri étaient arrêtés en plein cambriolage dans l'élégant immeuble du Watergate, abritant le siège du Parti démocrate, à Washington.

De révélations en révélations sur tout un ensemble de pratiques illégales républicaines et autres écoutes, le banal cambriolage aboutissait deux ans plus tard à la démission du président Nixon, à deux doigts de l'"impeachment".

Quant on interroge Woodward sur le travail d'étudiants de l'Illinois, qui ont réduit la liste des "gorges profondes" possibles à sept conseillers de la Maison Blanche, et pour lesquels l'auteur de ces fuites est Pat Buchanan, ancien conseiller et "speechwriter" de Nixon, devenu commentateur ultra-conservateur de l'émission télé "Crossfire", le journaliste se contente de répondre: "tout ce que vous obtiendrez de nous sur le sujet, c'est une sorte de profond silence..."

"Nous en avons parlé, nous avons éliminé certaines personnes, nombre d'entre elles sont mortes, et la liste se réduit. Mais pour nous, c'est une question de principe. Le principe de tenir parole pendant 30 ans, parce que c'est ça être reporter, avoir ces sources confidentielles qui diront: voilà ce qui se passe vraiment."

Comme il l'a toujours dit, Woodward a répété au cours de l'émission "Meet the Press" sur NBC que l'identité de "Gorge profonde" ne serait révélée qu'après sa mort, ou si elle autorise le tandem à rendre son nom public.

Quant au livre de Dean, il met en avant cinq noms, dont ceux de Buchanan et Ron Ziegler, chargé de la presse pour Nixon. Y figurent aussi Steve Bull, assistant d'un proche du président, Dwight Chapin ou encore Raymond Price, conseiller spécial du chef de la Maison Blanche d'alors, et enfin Jerry Warren, assistant de Ziegler.

Revenant sur cette époque, Dean a raconté sur CBS: "j'ai compris que mes jours étaient comptés, parce que je pouvais plus dissimuler ces opérations et conituner à lui prodiguer ce genre de conseils".

Limogé par Nixon, qui le qualifia de traître et l'utilisa comme bouc émissaire, Dean produisit un témoignage accablant pour son ancien patron devant la commission d'enquête du Sénat sur le scandale du Watergate.

De son côté, Bernstein profite de ce 30e anniversaire pour faire une leçon de journalisme, estimant que la leçon du Watergate reste largement ignorée: "la leçon, c'est qu'il faut être prudent, croiser les sources, mettre l'information dans son contexte, ne pas se laisser emporter par les ragots, le sensationnalisme, les controverses toutes faites. Autant d'élements qui dominent de plus en plus le journalisme depuis 30 ans."


AP

[ Lien Web ]
Bob Woodward & Carl Bernstein, 30 ans après...

_________________

A Watergate scandal could happen again...
(Benjamin C. Bradlee - 17 juin 2002)

Teigne warreniste
Mardi 18 juin 2002 à 00h55 #4286 Modification de ce message Citer ce message
[ Lien Web ]
H. Sloan en 1972

[ Lien Web ]
H. Sloan en 1992

Moi, j'obterais pour Hugh Sloan... Deep Throat n'a-il pas dit "Follow the money..." et Hugh Sloan, trésorier du CRP a offert sa démission, dès les début de l'affaire du "hush money"...

David
Mercredi 19 juin 2002 à 00h59 #4293 Modification de ce message Citer ce message
Une hypothese a longtemps couru: "deep throat" serait en fait plusieurs personnes, dont les temoignages et pistes mises bout à bout auraient abouties à la suite qu'on connait....Un informateur dans un parking souterrain, c'est plus journalistique...

Teigne warreniste
Mercredi 19 juin 2002 à 05h27 #4294 Modification de ce message Citer ce message
Woodward, Bernstein et Bradlee ont confirmé que "Deep Throat" existait réellement et qu'il n'était pas un personnage composite...

So What
Mercredi 19 juin 2002 à 21h55 #4295 Modification de ce message Citer ce message
Selon Bob Woodward:
Deep Throat est un seul individu, de sexe masculin, encore vivant, qui occupait une position très sensible dans la branche exécutive en 1972. A cette époque, ce “bavard incurable” (Woodward dixit) affichait un goût certain pour le Scotch et fumait des cigarettes. Autre indice, avant l’apparition du terme Deep Throat, Woodward parlait de lui comme d’un “vieil ami” (an “old friend”)...
Just who is Deep Throat ? par CNN


Même si les témoignages de Sloan ont pu faire avancer l’enquête, je ne pense pas qu’il soit Deep Throat:

[ Lien Web ]
Hugh et Deborah Sloan
Jeunes mariés, Hugh W. Sloan et sa femme Deborah, qui travaillait elle-même dans l’équipe de Patricia Nixon, ont démissionné de leurs fonctions en 72. Ils n’avaient alors plus d'accès au pouvoir, ni au centre, ni même à sa périphérie. Hors Deep Throat connaissait plutôt bien l’humeur de la Maison-Blanche ainsi que certaines intentions du FBI au fur et à mesure des avancées de l’enquête, qu’elle soit journalistique ou judiciaire. Par exemple, en avril 73, c’est Deep Throat qui annonce à Woodward la future démission de Haldeman et le renvoi de Dean...

Pour sa part, Hugh Sloan pense que Deep Throat était l'assistant spécial du Président, Pat Buchanan, un nom qui revient de plus en plus souvent...
Deep Throat mystery over, students say par le Chicago Tribune

[ Lien Web ]
Patrick J. Buchanan, 1971
_________________

Je n’aime pas les journaux.
(Deep Throat)

Teigne warreniste
Jeudi 20 juin 2002 à 03h22 #4299 Modification de ce message Citer ce message
[ Lien Web ]

Sur le site du Washington Post, on trouve ceci:

Hugh Sloan The former treasurer of Nixon's reelection campaign once said he never wrote a Watergate book because he thought it would be wrong "to make money off, in essence, sending people to jail."

Sloan, now 56, quit his job at the Committee for the Re-election of the President less than a month after the burglary. Sloan later testified against his former co-workers and became a critical source to Post reporters Carl Bernstein and Bob Woodward.

Before taking the campaign treasurer's post, Sloan worked as a staffer at the Republican National Committee and as a scheduling aide to the president. At the White House, he met his future wife, Deborah, who worked on the First Lady's staff.

The Sloans left Washington after Watergate. Since October 1985, Sloan has been president of the Woodbridge Group, a Michigan-based company that makes foam for car interiors. The Sloans live near the company's offices in Troy.


Je maintiens que Hugh Sloan était le mystérieux "Deep Throat"... Reste à savoir si en 72, il était fumeur compulsif et amateur de scotch...

So What
Vendredi 21 juin 2002 à 00h25 #4303 Modification de ce message Citer ce message
Citation:
Le 2002-06-20 03:22, Teigne warreniste a écrit:

became a critical source to Post reporters Carl Bernstein and Bob Woodward.

Oui et alors ? Que Sloan fut l’une des principales sources de l’enquête, tous les lecteurs de Berstein et Woodward le savent bien. Il est interviewé à plusieurs reprises dans “All the President's Men” ("Les fous du Président" chez Robert Laffont pour la version française), avant et après le procès des casseurs espions du Watergate en janvier 1973.

Last Two Guilty in Watergate Plot by C.Bernstein & B.Woodward (31 janvier 1973)
News Analysis: Still Secret -- Who Hired Spies and Why by C.Bernstein & B.Woodward (31 janvier 1973)

En fait en 1972, Sloan avait un ulcère mais rien de bien trop grave, l’heureux jeune papa passait d’abord son temps à pouponner...

_________________

Ces tentatives pour isoler Watergate de l'opération espionnage-sabotage, c'est une vaste m*****. C'est la même chose. Si les enquêteurs avaient cherché à approfondir les autres épisodes, ils auraient découvert une montagne d'illégalités.
(Deep Throat - 24 janvier 1973)

Teigne warreniste
Vendredi 21 juin 2002 à 04h31 #4305 Modification de ce message Citer ce message
Chose certaine, Deep Throat est encore vivant et certains "suspects" sont déjà morts dont Meyer...

Teigne warreniste
Samedi 22 juin 2002 à 23h30 #4308 Modification de ce message Citer ce message
[ Lien Web ]

Disponible contre $19.95 US...

So What
Dimanche 23 juin 2002 à 17h05 #4309 Modification de ce message Citer ce message
Linda Lovelace = Deep Throat

[ Lien Web ]

Bin naan, c’était pas Linda Lovelace, le Deep Throat de Woodward: :-)

1) Selon Woodward, Deep Throat est un homme...
2) Linda Boreman est décédée le 22 avril 2002 à la suite d’un horrible accident de voiture...
3) A supposer que Woodward avait pris l’habitude de rencontrer LL dans des parkings la nuit, peut-on raisonnablement supposer qu’il aurait ainsi perdu son temps à lui poser des questions à la con sur la clique de Nixon ?

So What
Dimanche 23 juin 2002 à 17h48 #4310 Modification de ce message Citer ce message
Citation:
Le 2002-06-21 04:31, Teigne warreniste a écrit:

Chose certaine, Deep Throat est encore vivant et certains "suspects" sont déjà morts dont Meyer...

En effet, parmi les suspects, les candidats Cord Meyer et William Colby se sont auto-éliminés et du coup, la piste interne à la CIA a quelque peu du plomb dans l’aile...

Cord Myer Jr a quitté ce monde le 14 mars 2001 d’une belle mort naturelle, entouré des siens à l’âge de 80 ans.
Master of CIA covert action dies par CNN
Key CIA Figure Cord Meyer Dies par le Washington Post

La mort de Colby est un peu moins banale: le 27 avril 1996, l’ancien directeur de la CIA fut apparemment victime d’une attaque cardiaque alors qu’il faisait du canoë sur une rivière près de chez lui. Sa femme étant absente, la police fut prévenue de sa disparition le lendemain par un voisin et a mis plus d’une semaine pour retrouver le corps immergé...
Colby's body found in river par CNN

Pour une fois, on peut profiter d’un portrait du personnage, en français dans le texte:
Wiliam Colby : un samaritain bien singulier


Woodward et Bernstein ont également exclu de la liste: Alexander Haig et Diane Sawyer qui faisaient partie de l’équipe Nixon à la Maison-Blanche, John Sears du Parti Républicain et l’avocat de la partie accusatrice, Earl Silbert.

Des étudiants en journalisme de l’Université de l’Illinois ont passé trois ans à tenter de découvrir l’identité de Deep Throat. Ils ont éliminé l’hypothèse FBI et ont déduit une liste de 7 suspects possibles, tous issus du staff de la Maison-Blanche: Patrick Buchanan, David Gerven, Jonathan Rose, Raymond Price, Stephen Bull, Fred Fielding et Gerald Warren...
Finder's guide to Deep Throat

_________________

Ils veulent se débarasser du Post. Ils veulent aller en justice pour découvrir vos sources.
(Deep Throat)

Teigne warreniste
Dimanche 23 juin 2002 à 18h11 #4311 Modification de ce message Citer ce message
DEEP THROAT RIDES AGAIN
[ Lien Web ]

Quel est le rapport entre un film porno des années 70s et le surnom donné par Woodward à son informateur anonyme qui lui donnait rendez-vous dans des parkings souterrains...

À ce que je me souvienne, Deep Throat était une call-girl qui faisait des pipes à ses clients et qui acceptait les cartes d'assurance-maladie comme paiement pour ses "traitements"...

So What
Dimanche 23 juin 2002 à 19h11 #4314 Modification de ce message Citer ce message
Citation:
Le 2002-06-23 18:11, Teigne warreniste a écrit:

Quel est le rapport entre un film porno des années 70s et le surnom dommé par Woodward à son informateur anonyme qui lui donnait rendez-vous dans des parkings souterrains...

Deep Throat (le film) est sorti en 1972 dans les salles obscures. Véritable film-culte des amateurs du genre, certains prétendent qu’il fut même diffusé en projection privée à la Maison-Blanche, sur une demande express du Président, Tricky Dick le bien-nommé...

Suggéré par le directeur de rédaction du Post, Howard Simmons, le pseudo "Gorge Profonde" a été immédiatement adopté avec beaucoup d’humour et une pointe d’ironie par Woodward et son informateur...

Hey you Méchant Bobo, dans les seventies, vous auriez voté pour qui ? :-D

[ Lien Web ]
_________________

I am Not a Crook !
(Richard M. Nixon)

Teigne warreniste
Dimanche 23 juin 2002 à 21h44 #4315 Modification de ce message Citer ce message
Linda Lovelace for president! Sous quelle bannière? Le parti de la panthère rose???

So What
Vendredi 2 août 2002 à 23h56 #4676 Modification de ce message Citer ce message
Dans son dernier numéro - N°668 août 2002 - Historia présente un article très intéressant de Rémi Kauffer consacré à l’affaire du Watergate intitulé “Les vraies raisons de la chute de la maison Nixon” qui remet en perspective les opérations clandestines commandées par Nixon.

Pour sa part, Alexandre Adler porte son regard sur la véritable personnalité de Deep Throat. Un édito plutôt pertinent sur le sujet et qui résume bien l’état des connaissances:

Les non-dits de l'affaire du Watergate
A trente ans de l'affaire du Watergate, nous nageons encore dans le flou le plus total, à propos d'un épisode pourtant fondamental de l'histoire américaine. Rappelons brièvement les faits: Richard Nixon est alors à l'apogée de sa puissance politique face à un parti démocrate déchiré qui a fait le choix du gauchisme le plus débridé, en investissant le brillant sénateur socialisant George McGovern. Sa réélection ne fait aucun doute. Pourtant ce grand paranoïaque qu'est le Président - républicain - des Etats-Unis voudra quand même exécuter quelques «sales coups» contre son adversaire, à l'aide d'un cabinet noir constitué de véritables pieds-nickelés, provenant d'une extrême droite à peine camouflée. L'opération finit comme un film du regretté Louis de Funès: les pieds-nickelés se font prendre par une ronde de police, en train de poser des micros dans les bureaux de l'immeuble du Watergate à Washington, loués pour la campagne par le parti démocrate. Nixon finit par demander à la CIA, dont plusieurs des «plombiers» sont de vieilles connaissances, de prendre l'affaire sous son chapeau et d'invoquer, tout comme en France, le secret-défense. Si tel avait été le cas, il n'y aurait jamais eu d'affaire. Mais le patron de la CIA, un grand professionnel, Richard Helms, et son adjoint, Vernon Walters, ne l'entendent pas de cette oreille: ils refusent tout simplement d'aider le Président.
A présent, l'affaire commence: il y a à Washington, jusqu'au cœur de la Maison-Blanche, des hommes, peut-être des femmes, qui n'aiment pas la personnalité de Nixon: ceux-là pensent que le Président a accumulé trop de pouvoirs, et que son caractère inquiet et parfois violent peut conduire à des abus contre les libertés. Sous le nom de Deep Throat (Gorge profonde, allusion à un film pornographique en vogue à l'époque), ce groupe, ou peut-être un individu isolé dans ce groupe, va prendre sur lui d'élire deux entreprenants journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, pour leur révéler, par le détail, les turpitudes du Président, à commencer par son système dément d'enregistrement des conversations tenues dans son bureau.
La suite est encore là bien connue: après diverses convulsions, la révélation finale par le Washington Post de l'effacement de l'une des bandes les plus cruciales, sur l'ordre de Nixon, contraint ce dernier à une démission ignominieuse, presque deux ans après sa triomphale réélection. Victoire totale des libertés publiques et du journalisme d'investigation. La génération de 1968, humiliée par la guerre du Viêtnam, vient de prendre sa revanche en abattant l'un des champions de la chasse aux communistes aux grandes heures de la guerre froide et du maccarthysme.
Seulement, cette génération n'y serait pas parvenue sans la complicité intérieure de forces conservatrices qui avaient peut-être d'autres raisons de haïr le président Nixon (et plus encore son secrétaire d'Etat, Henry Kissinger, qu'ils ne parviendront d'ailleurs pas à atteindre). Par exemple, sa politique de rapprochement avec Pékin, sa politique de soutien total à Israël en 1973 (en net contraste avec les prudences de son préclécesseur Lyndon Johnson), sa politique de négociation avec Moscou.
Lorsque sera révélé le passé de Bob Woodward dans le service de renseignement naval et, comme étudiant, dans la droite républicaine quelques années auparavant, le doute s'insinue... d'autant plus que Woodward avait collaboré au Pentagone avec le général Alexander Haig, devenu entre-temps secrétaire général de la Maison Blanche. Watergate serait alors un complot de la droite dure agencé grâce à la gauche libérale contre un président brutal, autoritaire, mais centriste en politique intérieure et même progressiste en politique étrangère.
Il est passionnant, mais étonnant, de constater qu'à ce jour, l'énigme demeure totale au pays de l'information la plus dense: les Etats-Unis. L'historien n'est pas encore à même d'expliquer ce mystère, alors que la plupart des énigmes de l'histoire soviétique sont résolues. Tel est le paradoxe de Watergate.

Alexandre Adler - Août 2002 - Historia n°668


A consulter le mois prochain sur: [ Lien Web ]

_________________

I reject the cynical view that politics is a dirty business. :-)
(Tricky Dick)

Nicolas Bernard
Samedi 3 août 2002 à 13h32 #4679 Modification de ce message Citer ce message
L'hypothèse d'un complot organisé par les conservateurs avait été soulevée dès les années 1970 - encore fallait-il que ces conservateurs réalisent toutes les implications qu'aurait ce scandale, qui nuirait à bien des Agences gouvernementales. Hypothèse séduisante mais qui a bien du mal à résister à l'analyse. La politique de détente de Nixon était purement calculatrice : les accords avec Moscou n'avaient dupé personne tandis que les négociations avec Pékin permettaient d'obtenir à nouveau une puissante alliance chinoise en Asie. Nixon, d'ailleurs, savait compenser par l'action menée contre les étudiants, la New Left et autres "traîtres en puissance" comme Daniel Ellsberg, l'homme qui a fourni à la presse les fameux "papiers du Pentagone" relatifs à l'intervention américaine au Vietnam depuis les années 50.

Pour info, je nourris de sérieux doutes que Deep Throat ait existé. Certes, bien des suspects ont été invoqués, mais je crois plutôt que le couple "Woodstein" a brodé sur cette affaire afin d'accroître le tirage de ses ventes. Après tout, il n'y a aucun moyen de vérifier l'authenticité de leurs sources, non ?

Teigne warreniste
Samedi 3 août 2002 à 16h25 #4686 Modification de ce message Citer ce message
À propos de Bob Woodward... avoir fait son service militaire dans les services de renseignement de la Navy, ne fait de lui un "espion"...

Le Lieutenant de marine John F. Kennedy avait fait une partie de son service dans l'Office of Naval Intelligence avant d'être transferé dans un poste dans le Pacifique... sur son fameux PT 109.

JFK, s'il n'avait pas fait une carrière politique, serait devenu journaliste comme Woodward et Bernstein... Jackie avait, elle aussi, débuté une carrière dans le domaine du journalisme avant d'épouser Jack...

Ironiquement, le patron de Woodward et Bernstein était Ben Bradlee, un ami intime de Jack Kennedy...

So What
Dimanche 4 août 2002 à 00h15 #4697 Modification de ce message Citer ce message
Citation:
Le 2002-08-03 16:25, Teigne warreniste a écrit:

À propos de Bob Woodward... avoir fait son service militaire dans les services de renseignement de la Navy, ne fait de lui un "espion"...

Ouhlala, Woodward un espion... C’est dans quel épisode ??? :-]
_________________

The press is the enemy.
(Richard Nixon)

Teigne warreniste
Dimanche 4 août 2002 à 00h34 #4698 Modification de ce message Citer ce message
En tout cas vous insinuez que son passé aux renseignements navaux le rend "suspect"... :-D

[ Ce Forum est fermé ]

[ Ce fil est clos ]

De nombreux livres très rares sur Chapitre.com: Les 1000 jours de Kennedy Arthur M. Schlesinger Jr. L'homme qui crut tuer Kennedy Pierre Gosset, Renée Gosset Les assassins de Kennedy Thomas Buchanan Le procès de Dallas Frédéric Pottecher JFK - affaire non classée Jim Garrison Réduction de 5 euros avec le code "CADEAU"


Jack Ruby, John F. Kennedy, Howard Hughes, Lee Harvey Oswald, Billie Sol Estes, Sam Giancana, Bill Greer, J.D. Tippit, Fidel Castro, John Ligget, David Ferrie, Clay Shaw, Jean Hill, Lee Bowers, Earl Warren, Craig Zirbel, Frank Church, William Whaley, Betty Mc Donald, Robert F. Kennedy, Thomas Dillard, Jeane Dixon, Valery Kostikov, Edward Haggerty, Caroline Lebeau, John Gedney,...

Santo Trafficante Jr: Ce chef de la Mafia en Floride est accusé d'avoir menacé plusieurs fois la vie de JFK. Trafficante fut très impliqué dans des plans de la CIA destinés à assassiner Fidel Castro. On dit qu'il aurait...